Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 10:49
TABA NABA : un catalogue sur les sculptures aborigènes exposées au musée océanographique de Monaco

Bagu : Matter and Spirit in Rainforest Country. L'esprit de la forêt tropicale. Queensland, Australia / Australie

Texte : Jane Raffan

Les Bagu étaient à l’origine des planchettes à feu composées de deux parties, le Bagu (corps) et le Jiman (bâtonnet). Ces objets avaient une valeur sacrée en raison des pluies diluviennes qui s’abattent régulièrement dans cette région tropicale. Ils étaient transportés au gré des déplacements par ce peuple nomade. Les femmes n’avaient pas le droit des les manipuler, seul un homme désigné par le groupe avait la charge exclusive du feu et devait faire en sorte que celui-ci ne s’éteigne jamais, car le bois environnant était la plupart du temps humide.
Outre la cuisson des aliments, le feu servait à se réchauffer, confectionner des armes et était au centre des cérémonies. Il permettait également de renforcer les liens sociaux tout comme les sources d’eau dans les zones arides.
Les Aborigènes du Queensland donnèrent à ces planchettes une forme anthropomorphe en hommage à l’esprit du feu – Chikka-bunnah – qui, selon la légende, lançait des bâtons (jiman) en flamme à travers le ciel. Si autrefois on utilisait exclusivement le bois pour les réaliser, les artistes de ce centre d’art qui expérimentent sans cesse de nouvelles techniques ont réalisé à l’occasion de « Taba Naba : Australie, Océanie, arts des peuples de la mer », au musée océanographique de Monaco, des sculptures en utilisant des matériaux collectés dans les environs de leur communauté.
Malgré les distances qui séparent les nombreux peuples aborigènes et leurs différences culturelles, ceux-ci sont unis par une même capacité à créer des oeuvres éminemment contemporaines à partir d’un substrat religieux dont les origines remontent à plusieurs millénaires.

Voir ce catalogue en ligne (Pdf)

Voir les sculptures Bagu

Voir la page dédiée aux oeuvres créées pour le musée océanographique de Monaco

Repost 0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 12:07
Taba Naba : une vidéo sur la génèse de l'installation de sculptures Ghost Nets, musée océanographique de Monaco

« Ocean Life - Installation de sculptures en filets de pêche Ghost Nets » regroupe plus de trente oeuvres représentant des animaux marins que l’on retrouve souvent piégés dans des filets de pêche abandonnés ou perdus volontairement : tortues, requins, dugongs, crocodiles, baleines.
Ces filets également appelés « filets fantômes » ou « ghost nets » sont à la base d’un mouvement artistique permettant de prendre conscience des conséquences catastrophiques causées par cette pollution, non seulement sur l’environnement marin mais également sur les moyens de subsistance des peuples de la mer. Pour ces communautés, nombre de ces animaux ont une valeur totémique.
La pollution des océans met ainsi en danger la culture de ces peuples.

Voir le site dédié à l'exposition

Voir la 1ère partie de la vidéo

Repost 0
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 09:46
La forêt humide, origine des Bagu, les sculptures aborigènes exposées dans le cadre de Taba Naba

Bagu, une installation de sculptures aborigènes à voir sur le parvis du musée océanographique de Monaco jusqu'au 30 septembre 2016.

Les artistes aborigènes du Girringun Aboriginal Art Centre (Cardwell, Queensland) expérimentent sans cesse de nouvelles techniques et ont réalisé à l'occasion de "Tab Naba" des sculptures en utilisant des matériaux collectés dans les environs de leur communauté.
Voici une photo qui illustre à merveille la beauté des lieux.

Voir la page dédiée à l'installation Bagu

Voir les Bagu de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob

(c) Photo : Laetitia Orsel-Loas

(c) Photo : Laetitia Orsel-Loas

Repost 0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 08:20
Alick Tipoti, artiste du détroit de Torres, Queensland, Australie

Alick Tipoti a réalisé deux oeuvres à l'occasion de l'exposition "Australie : la défense des océans au coeur de l'art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres" qui se tient jusqu'au 30 septembre 2016 au musée océanographique de Monaco.

Voir "Kisay Dhangal"

Voir "Sowlal"

"Alick Tipoti est l'un des plus célèbres artistes des îles du détroit de Torres, largement reconnu pour sa contribution à la promotion et au renouveau du patrimoine culturel, des traditions et de la langue de ces îles. À travers son art, il explore la cosmologie traditionnelle et raconte comment culture orale, musique, danse et arts visuels s'interpénètrent pour nous livrer des connaissances fondamentales sur l'environnement marin, essentielles à la survie des peuples. Depuis toujours, l'art joue un rôle crucial au sein des cultures orales de la région, où la mémoire collective repose traditionnellement sur des formes d'expression culturelles plutôt que sur l'écriture.

Dans les cultures des îles Zenadh Kes (nom vernaculaire des îles du détroit de Torres), toutes les formes artistiques s'articulent et contribuent à consolider, à
travers de multiples expériences sensorielles, un savoir précieux sur l'art de vivre des îles, ressource essentielle au bien-être et à la pérennisation de la communauté et de l'environnement. L'art d'Alick Tipoti régénère ce savoir multidimensionnel et nous révèle la part tangible de connaissances océanographiques qu'il recèle."

(extrait du livre Alick Tipoti - Ken Thaiday Snr. - Brian Robinson. Torres Strait Islands / Îles du détroit de Torres (Queensland, Australia / Australie). Ecrit par Sally Butler. Éditions Arts d’Australie • Stéphane Jacob, Paris. Parution juin 2016)

Alick Tipoti est représenté par la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob. Voir ses oeuvres ici.

Repost 0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 13:46

+ d'info

Ken Thaiday Snr. in collaboration with Jason Christopher / Ken Thaiday Snr. en collaboration avec Jason Christopher, "Torres Strait and Erub Eastern Island Dari Headdresses", aluminium, flat bar, aluminium tube, stainless steel, perspex, 21.45 x 6.6 x 1.6 approx./ barre plate et tube en aluminium, acier inoxydable, perspex, 21,45 x 6,6 x 1,6 m approx., 2016
© Ken Thaiday Snr.& Jason Christopher / Australian Art Network / www.artsdaustralie.com/monaco-ken-thaiday.html © Photo : Jason Christopher

(c) Vidéo : Frédéric Pacorel / Musée océanographique de Monaco

Repost 0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 08:59
Repost 0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 14:30
Copyright: Lynnette Griffiths/Erub Arts
Copyright: Lynnette Griffiths/Erub Arts

This exhibition - curated by Stephane Jacob in association with Suzanne O'Connell, coordinator in Australia - is part of a larger one and will be entirely dedicated to the creation and presentation of six monumental contemporary installations by seventy major Aboriginal and Torres Strait Islander artists to be displayed in six key positions in and around the Museum.
These works are testament to one of the worst dangers of our century, specifically the threat of pollution that is endangering marine biodiversity and food. Indigenous people of Australia deal with the effects of global warming and pollution in their daily lives, in particular the "death nets" created by macro-waste such as discarded fishing nets and floating plastics. The Torres Strait channel situated at the eastern tip of Australia, and the shores of Queensland are particularly affected by this increasing pollution. Like land mines, these nets go on killing long after their initial use is over.


It is by far the most complete and ambitious project ever undertaken on this subject by Australian Indigenous artists in Europe. The international reputation for excellence enjoyed by the Oceanographic Museum of Monaco and its world famous aquarium will significantly increase the resonance and reach of this project. The partnership developed with the Musée des des Confluences in Lyon will further enhance the strength of the message.

The artists address these environmental issues with humour and subtlety. The exhibition has been created as a virtual fairy tale, a story of enchantment; the monumental size of the work will create for visitors, a sensation of being transported into Alice’s Underwater Wonderland.


Visitors to the famous Rock of Monaco will be welcomed by a playful group of Bagu sculptures - made by artists from Girringun Aboriginal Art Centre - that will dominate the Museum’s forecourt. Behind them, three monumental mud crabs by Brian Robinson will climb the facade as if taking over the Museum‘King Kong’ style. Explanatory bi-lingual labels will clearly identify the artworks and artists who created them, as well as provide their totemic meanings. Special attention will be given to didactic information made available for children.
This theatrical display, accessible to all, will welcome 500,000 visitors to the Oceanographic Museum during the summer period, before they continue their visit inside the building.

On entering the Museum, the public will be welcomed by a magnificent sculpture of a dugong – once thought to be the origin of the fabled mermaid – made by Alick Tipoti and placed at eye level, creating an immediate intimacy with this emblematic sea creature and important totemic figure for Aboriginal and Torres Strait Islander peoples.


Beyond the entrance, visitors will be lead into one of the most dramatic spaces of the Museum, the Hall of Honour with its imposing statue of H.S.H. Albert I and the stunning sea creature crystal chandelier hanging in the middle of the room. Here, sculptures of turtles, sharks, crocodiles, dugongs and a gigantic whale will swim with a colourful school of fish against the sublime views of the Mediterranean Sea in the background. A canoe woven from abandoned fishing nets is a symbolic reminder of what is destroying these sea creatures in huge numbers. These works were created by artists of Erub Arts, Pormpuraaw Art & Culture Centre et Ceduna (Tjutjuna).

As visitors reach the first floor landing they will find the enormous, magnificent composition of headdresses (‘Dhari’) waiting for them and created by Ken Thaiday. The main Dhari, over six meters high, frames the main doorway and access to the next section of the exhibition. On either side of this door two Dhari (3m50) that mirror each other.


As a climax to the exhibition, the visitor is then invited to proceed up to the Terrace that, on one side, overlooks the city of Monaco and the grand rock formation that surrounds the Principality, and on the other, offers a breathtaking view over the Mediterranean sea from the French Riviera to the coastline of Italy. Here will lie one of the largest works ever made by an indigenous artist, Alick Tipoti: a670 square meter sea turtle made of dozens of sea creatures, the same that children and their parents will have discovered in the Museum’s collections. The full body of the turtle will be visible from the air for those flying over the Museum. It will be the landmark of the Museum for 2016, a year in which the Oceanographic institute’s scientific programs will focus on the ‘Ambassador of the Sea’: the Sea Turtle.


Bon Voyage!

With the support of the Australian Embassy (Paris), the Australian Business in Europe, Tea Dietterich (2M Europe), Julia King & Joël Hakim (Sydney) and Béatrice Hedde (Paris).

We'd like to thank for their geenrosity METROPOLE Gestion (Bagu project) ; Judith and Bruce Gordon (Sydney, Australie) & Myriam Boisbouvier-Wylie and John Wylie (Melbourne - Australia), «Ghost Nets» project.

Repost 0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 16:17
Artistes de la communauté d'Erub Arts
Artistes de la communauté d'Erub Arts

Copyright: Lynnette Griffiths/Erub Arts

Exposition "Australie : La défense des océans au cœur de l’art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres"

Du 22 mars au 30 septembre 2016, l’art aborigène et océanien sera mis à l’honneur à travers une exposition majeure sur le thème des océans et de l’eau au Musée océanographique de Monaco.
Le mardi 22 mars 2016 : inauguration par S.A.S. le Prince Albert II de Monaco.

Trois expositions seront présentées conjointement. Stéphane Jacob – expert en art aborigène – sera le commissaire de l’exposition « Australie : La défense des océans au coeur de l’art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres », en association avec Suzanne O’Connell, coordinatrice en Australie.

Les thématiques abordées dans cette exposition événement seront les suivantes :
• Océans
• Biodiversité
• Préservation de l’environnement
• Alimentation durable
• Recyclage
• Transmission culturelle et patrimoniale

« Australie : La défense des océans au coeur de l’art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres » sera entièrement dédiée à la création et à la présentation de six installations monumentales créées par soixante-dix artistes majeurs aborigènes et insulaires du détroit de Torres. Elles seront présentées dans six lieux emblématiques, à l’intérieur et à l’extérieur du musée.

Ces œuvres mettront l’accent sur l’un des plus gros périls de notre siècle, à savoir la menace portée par la pollution sur la biodiversité marine, et donc sur notre propre survie. Les peuples indigènes d’Australie doivent faire face quotidiennement aux conséquences du réchauffement climatique et à la pollution, en particulier celle des « filets fantômes ou ghost nets » (filets de pêche abandonnés) et aux morceaux de plastiques flottants. Le détroit de Torres, à la pointe nord de l’Australie, ainsi que les rivages du Queensland le long desquels s’étend la célèbre Grande barrière de corail, sont particulièrement touchés par cette pollution. Tout comme les mines terrestres, ces filets continuent de tuer bien après leur rejet dans la mer.

L’exposition donnera la parole aux artistes aborigènes et insulaires du détroit de Torres qui, à travers leurs œuvres, lancent un cri d’alarme contre la pollution des océans. C’est de loin le projet le plus ambitieux et le plus complet jamais entrepris par les artistes indigènes australiens hors d’Australie. La réputation internationale du musée océanographique de Monaco et son aquarium connu à travers le monde donnera d’autant plus de force à ce message.

Loin d’avoir une approche mortifère de ces problèmes environnementaux, les artistes ont choisis de les traiter avec humour et subtilité. Le déroulement de l’exposition a été conçu comme un conte de fée. La taille monumentale des œuvres donnera aux visiteurs la sensation d’être propulsés dans le monde poétique d’ « Alice au Pays des Merveilles ».

Les visiteurs du célèbre Rocher de Monaco tomberont nez à nez avec un groupe de sculptures Bagu – réalisées par les artistes de Girringun Aboriginal Art Centre - placées à cinq mètres au-dessus du sol, dominant ainsi le parvis du musée. Derrières elles, trois énormes crabes créés par Brian Robinson grimperont sur la façade comme s’ils se lançaient à l’ascension du musée à la façon de King Kong.

Cette présentation théâtrale, accessible à tous, invitera les 500.000 visiteurs du musée océanographique à continuer leur visite à l’intérieur du bâtiment.

En entrant dans le musée, ils seront accueillis par une superbe sculpture de dugong créée par Alick Tipoti, placée à hauteur d’yeux, créant ainsi une immédiate complicité avec cette créature emblématique de la faune marine, si importante pour les habitants du détroit de Torres qu’ils en ont fait une figure totémique.

Passé l’entrée, le visiteur sera conduit vers le hall d’honneur et son imposante sculpture de S.A.S. Albert Ier. En arrière-plan, une superbe vue sur la Méditerranée. Ici, des sculptures de tortues de mer, requins, crocodiles, dugongs et une gigantesque baleine nageront entourés de poissons aux multiples couleurs. Un canoë fait à partir de filets de pêche abandonnés est un rappel fort de ce qui détruit les créatures marines à un rythme effrayant. Ces oeuvres ont été créées par les communautés d'Erub Arts, Pormpuraaw Art & Culture Centre et Ceduna (Tjutjuna).

Sur le palier du 1er étage, ils seront accueillis par trois gigantesques coiffes cérémonielles appelées « Dhari » , réalisées par Ken Thaiday. L’œuvre centrale de plus de six mètres de haut encadrera la porte principale et donnera accès à l’espace d’exposition suivant. De part et d’autre de cette porte, deux autres Dhari (3m50 de haut chacun) créeront un effet miroir.

La visite de cette exposition se poursuivra sur la terrasse avec sa superbe vue. D’un côté, la ville de Monaco et la formation rocheuse majestueuse qui encercle la Principauté. De l’autre côté, une vue à couper le souffle sur la Méditerranée, depuis la Côte d’Azur jusqu’aux côtes italiennes. Ici sera installée l’une des plus grandes œuvres au sol jamais réalisées par un artiste indigène, Alick Tipoti : une tortue de mer de 670 m² faite de douzaines de créatures marines, celles là même que les enfants et leurs parents auront découvertes dans les collections du musée. Cette œuvre sera visible depuis le ciel, d’où l’on pourra voir le corps complet de la tortue géante.

Chaque année l’Institut Océanographique met à l’honneur une espèce protégée, en 2016 « L’Ambassadrice des Mers » sera la tortue marine.

Un partenariat avec le Musée des Confluences à Lyon offrira à cette exposition une visibilité toute particulière.

Avec le soutien actif de l’Ambassade d’Australie en France, de l’Australian Business in Europe de Tea Dietterich (2M Europe), Julia King & Joël Hakim (Sydney) et de Béatrice Hedde (Paris).

Nous remercions pour leur générosité METROPOLE Gestion (soutien du projet Bagu) ; Judith and Bruce Gordon (Sydney, Australie) & Myriam Boisbouvier-Wylie and John Wylie (Melbourne - Australia), soutiens du projet «Ghost Nets».



Metropole Gestion

Metropole Gestion

"Australie : La défense des océans au cœur de l’art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres", à Monaco
Repost 0
Published by Art Aborigène Australie - dans aborigène queensland ghostnet
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, Expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement.Expert en art aborigène.Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.)Membre du Comité Professionnel des Galeries d'ArtSignataire de la Charte d’éthique australienne Indigenous Art Code / www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens