Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 15:53
C(ART)NET DE VOYAGE #5 / TRAVEL C'ART #5
C(ART)NET DE VOYAGE #5 / TRAVEL C'ART #5

🇫🇷

Le dernier numéro de votre magazine en ligne dédié à l'art aborigène vient de paraître.

Parcourez l'actualité de l'art aborigène, mise à l'honneur avec Australia Now. Découvrez les dernières expositions et jetez un oeil sur le travail de Julie Robinson Nangala, avant de programmer votre rentrée dans les foires d'art. On compte sur vous pour essayer les recettes australiennes, après avoir survolé les photographies du concours "Saveurs d'Australie" lancé par Wipplay!

Bonne lecture !

🇬🇧

The latest issue of your online magazine dedicated to Aboriginal art has just been published.

Browse the latest news on Aboriginal art, featured with Australia Now. Discover the latest exhibitions and take a look at the work of Julie Robinson Nangala, before planning your visits to September's art fairs. We count on you to try the Australian recipes, after skim through over the photographs of "Australian Flavors" launched by Wipplay! Enjoy !

Partager cet article
Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 11:26
serpent
Natasha Oldfield Nakamarra

Originaire de Yuendumu dans le Désert Central, Natasha Oldfield NAKAMARRA évoque ici le Rêve (Jukurrpa) du Serpent (Warna) lié au site sacré de Ngama, situé au sud de sa communauté.
Ce rêve ayant une valeur sacrée, les artistes comme Natasha Oldfield ne nous donnent que la version inculquée aux enfants. Celle qui nous a été donnée mêle de multiples légendes - ou pistes de rêves - qui s’entrecroisent durant les périples engagés par différents ancêtres. L’histoire contée par cette toile a pour héro principal Yarrilpi, l’ancêtre serpent, qui voyagea à travers toute l’Australie afin de retrouver sa famille alors qu’il était handicapé. Il fut transporté tout au long de son périple par le “kurdungurlu”, celui qui a la charge de faire respecter les lois enseignées dans les rêves. A chaque fois que sa queue s’enroulait et touchait le sol, des marais apparaissaient.
Ce rêve très important explique comment les multiples marais dont dépendent la survie des peuples du désert ont été créés et surtout donne des repères spatiaux pour les trouver en fonction des dunes, des promontoires rocheux, etc.
Les lignes de pointillés en zig zag  qui séparent la toile en deux représentent, vues du ciel, les traces laissées par le serpent. Les cercles concentriques dans le fonds de la toile symbolisent quant à eux des sites sacrés évoqués dans le rêve qui sont la plupart du temps des points d’eau. Les cercles plus sombres représentent probablement les réceptacles de fleurs couverts de leurs graines.

Retrouvez cette oeuvre sur le site de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob, expert en art aborigène auprès de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d'Art et de Collection (C.N.E.S.).

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2021 2 11 /05 /mai /2021 13:20
peinture aborigène, pigments
"Ganiny", peinture sur papier de l'artiste aborigène Charlie Matjuwi BURARRWANGA

Originaire de l'île d'Elcho, au Nord de l'Australie (Terre d'Arnhem), Charlie Matjuwi BURARRWANGA est un grand nom de l'art aborigène : ses œuvres sont exposées aussi bien dans des collections privées et publiques australiennes qu'européennes.

L'originalité de cet artiste lumineux tient principalement à ses sources d'inspiration liées à son île natale dont il célèbre les mythes en les reliant comme ici à des objets rituels utilisés lors de cérémonies religieuses : le Ganiny (ou Ganini) qui donne son titre à cette peinture aux pigments naturels sur papier est un instrument qui sert à écorcer les "paperbark trees", variété d'eucalyptus poussant dans la région septentrionale du continent.

Les pointes blanches des trois ganinis représentés ici évoquent les fines écorces prélevées sur le tronc de ces arbres. Elles sont peintes à l'aide de pigments naturels que les artistes de la côte nord préfèrent d'habitude à l'acrylique employé dans le désert central.

Outre son aspect utilitaire, le ganini est un objet sacré dont les aborigènes se servent lors des certaines cérémonies en particulier funéraires se déroulant au pied des "paperbark trees" : en ces occasions, les ganinis sont enduits de miel et les motifs qui occupent la partie centrale de ces objets évoquent cette pratique. Les motifs dont les ganinis sont couverts sont d'ordre initiatique et représentent de manière très stylisée l'environnement naturel de l'île d'Elcho : eau, marées, territoires claniques, miel mais aussi les abeilles – totem du clan de l'artiste – et le feu sacré.

Ces motifs se retrouvent par exemple dans les peintures corporelles et les scarifications rituelles des aborigènes d'Elcho : elles témoignent du statut d'initiés de ces derniers et, en les reprenant dans cette œuvre, l'artiste, lui aussi initié, la sacralise, témoignant de l'inspiration profondément mystique de l'art aborigène. Les scarifications des initiés représentent aussi les mêmes motifs en losanges sur le fond desquels s'inscrivent les ganinis : leurs couleurs noire et rouge symbolisent le charbon et les flammes du feu primordial qui est au cœur de la mythologie de l'île d'Elcho.


Voir cette peinture aborigène

Voir des oeuvres aborigènes de communautés de la Terre d'Arnhem

 

Partager cet article
Repost0
21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 11:26
Gracie Morton Pwerle, Amwekety - Bush Plum

Gracie Morton Pwerle est née dans les années cinquante dans la région d’Utopia, à 250km au nord-est d’Alice Springs. Sa famille est composée d'artistes parmi les plus populaires de la scène artistique aborigène : Gloria Petyarre, Kathleen Petyarre (c.1930-2018) ou encore Emily Kame Kngwarreye (c.1910-1996) qui reste à ce jour l’artiste féminine aborigène la plus réputée sur la scène artistique internationale.

Les artistes de la communauté d’Utopia se firent d’abord connaître pour leurs oeuvres sur soie créées selon la technique indonésienne du batik qui consiste à appliquer de la cire sur un support textile avant de le teindre. C’est avec ce média que Gracie fit ses premières gammes dans les années 80 avant de s’orienter vers la peinture à l’acrylique et de devenir elle-même une artiste réputée.

Les milliers de pointillés qu’elle appose méticuleusement sur ses oeuvres forment des lignes qui, à la manière de courbes de niveau, cartographient son territoire vu du ciel. Ces lignes symbolisent également les branches d’un buisson sur lequel pousse des prunes sauvages (Amwekety) qu’elle-même et les femmes de sa famille viennent récolter l’hiver. Au fil des mois, l'Amwekety revêt différentes couleurs que l’on décèle en observant de près les toiles de l'artiste.
Ce fruit est sacralisé par les Aborigènes qui lui associent une légende connue seule des initiés.

Collections publiques (sélection)

National Gallery of Australia, Canberra
National Gallery of Victoria, Melbourne
Art Gallery of South Australia, Adelaide
Art Gallery of Western Australia, Perth
Museum and Art Gallery of Northern Territory, Darwin
Queensland Art Gallery, Brisbane
Robert Holmes à Court-Sammlung, Perth
Art Bank, Sydney

Voir cette oeuvre sur le site de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob

Gracie Morton Pwerle, Amwekety - Bush Plum

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 15:21
esprit fantôme
Marcus Diljamara Pascoe, Warraburnburn, Bois et pigments naturels, 163 x 10 x 9 cm, 2020

Cette sculpture de l'artiste aborigène Marcus Diljamara Pascoe est la représentation d’un “Warraburnburn” ou “esprit fantôme” auquel les habitants du centre de la Terre d’Arnhem croient.

Ces esprits ont de nombreux traits communs avec les humains : comme eux, ils sortent en famille pour aller chercher de la nourriture hors de leur campement. Les esprits mâles pêchent alors que leurs femmes s’occupent de la cueillette.

Toutefois, les Warraburnburn sont nettement plus grands que les humains et sont dotés de pouvoirs surnaturels.

Ce sont ces esprits que les danseurs incarnent lors du dernier acte d’une cérémonie funéraire. Cette danse a alors valeur d’adieu final fait au défunt par sa famille.

Les artistes peignent toujours le corps des Warraburnburn en blanc, une des caractéristiques qui les différencient des esprits Mimih, autres esprits de la région.

Voir d'autres sculptures Warraburnburn

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 12:00
Nouvelle édition - les jeudis de l'art aborigène

Nouvelle édition - les jeudis de l'art aborigène

En 2021, la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob vous propose un nouveau RDV virtuel!


Les " JEUDIS DE L'ART ABORIGENE ", c'est une conférence en ligne gratuite, consacrée à l'art aborigène d'Australie, chaque premier jeudi du mois !


Ces visioconférences animées par Stéphane Jacob-Langevin sont des formats thématiques, suivis d'un temps d’échange. L'occasion de s'évader dans le Temps mythique du rêve et d'apprivoiser les oeuvres d'artistes aborigènes et insulaires du détroit de Torres.

LE PROGRAMME :

Jeudi 04 Février 2021 - Voyage au Temps du Rêve

12 h - 13 h : Introduction à l’art aborigène (1 heure)
18 h - 19 h : Introduction à l’art aborigène (1 heure)

Jeudi 4 Mars 2021 - Cartographier le Monde : la Peinture du Désert


12 h - 13 h : La peinture du Désert (1 heure)
18 h - 19 h : La peinture du Désert (1 heure)

Jeudi 01 Avril 2021 - L’Abstraction lyrique d’Abie Loy Kemarre


12 h - 12 h 30 : Abie Loy Kemarre (30 min)
18 h - 18 h 30 : Abie Loy Kemarre (30 min)

Jeudi 06 Mai 2021 - Dennis Nona & la Gravure du Détroit de Torres (Visioconférence reportée)


12 h  - 12 h 30 : Dennis Nona (30 min)
18 h  - 18 h 30 : Dennis Nona (30 min)

Jeudi 03 Juin 2021 - Les Ghostnets & la Protection des Océans (Visioconférence annulée)

12 h - 12 h 30 : Les Ghostnets (30 min)
18 h - 18 h 30 : Les Ghostnets (30 min)

Jeudi 01 Juillet 2021 - Les Esprits de la Terre d'Arnhem (Visioconférence annulée)

12 h - 12 h 30 : Les sculptures Mimihs et les écorces (30 min)
18 h - 18 h 30 : Les sculptures Mimihs et les écorces (30 min)

Inscrivez-vous dès maintenant, en précisant le jour et l’horaire* de la conférence à laquelle vous souhaitez participer : sj@artsdaustralie.com

*Pour permettre au plus grand nombre de suivre ce cycle de visioconférences, nous organisons la même conférence à deux horaires de la journée. Nous vous demanderons donc de choisir un créneau horaire par date.

Merci de noter qu'aucun enregistrement ou replay de ces visioconférences ne seront disponibles.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 14:54
Visioconférences "Les jeudis de l'art aborigène"

Visioconférences "Les jeudis de l'art aborigène"

La galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob propose un nouveau rendez-vous    hebdomadaire.

Dans le cadre des " JEUDIS DE L'ART ABORIGENE " découvrez chaque semaine une conférence en ligne gratuite, dédié à l'art aborigène d'Australie.

Ces visioconférences animées par Stéphane Jacob-Langevin sont des formats thématiques, suivis d'un temps d’échange.

L'occasion de replonger dans le Temps mythique du rêve et de découvrir le travail d'artistes aborigènes et insulaires du détroit de Torres.

LE PROGRAMME :

Jeudi 12 Novembre 2020 - Voyage au Temps du Rêve
12 h - 13 h : Introduction à l’art aborigène (1 heure)

Jeudi 19 Novembre 2020 - Voyage au Temps du Rêve
18 h - 19 h : Introduction à l’art aborigène (1 heure)

Jeudi 26 Novembre 2020 - Cartographier le monde : la peinture aborigène du désert
12 h - 12 h 30 : La peinture du Désert (30 min)

18 h - 18 h 30 : La peinture du Désert (30 min)

Jeudi 3 Décembre 2020 - L’Abstraction lyrique d’Abie Loy Kemarre
12 h - 12 h 30 : Abie Loy Kemarre (30 min)

18 h - 18 h 30 : Abie Loy Kemarre (30 min)

Jeudi 10 Décembre 2020 - Alick Tipoti & la gravure du détroit de Torres
12 h  - 12 h 30 : Alick Tipoti (30 min)

18 h  - 18 h 30 : Alick Tipoti (30 min)

Jeudi 17 Décembre 2020 - Le chant des pistes de Dorothy Napangardi
12 h - 12 h 30 : Dorothy Napangardi (30 min)

18 h - 18 h 30 : Dorothy Napangardi (30 min)

Inscrivez-vous dès maintenant, en précisant le jour et l’horaire de la conférence à laquelle vous souhaitez participer : sj@artsdaustralie.com

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 14:12
art aborigène

Ada Pula Beasley est une peintre aborigène originaire de la communauté d’Ampilatwaja dans le désert central (Territoire du Nord). Issue d’une famille d’artistes (sa mère et sa sœur sont peintres également), elle réalise sa première toile en 2012. Elle propose des représentations figuratives de son territoire. Ses toiles sont riches en détails et, généralement, les différentes espèces animales et végétales représentées y sont reconnaissables (spinifex, acacias, etc.).

Tout en optant pour un sujet à priori classique, Ada Pula Beasley s’émancipe des codes de la peinture traditionnelle en optant pour la figuration là où la plupart des artistes du désert travaillent de manière abstraite évoquant leur territoire à travers une série de symboles. Ce choix d’une représentation plus réaliste est commun à plusieurs artistes de la communauté d’Ampilatwaja et contribue à son rayonnement.

Autre spécificité : Ada Pula ne fait pas ici référence au temps du Rêve (temps mythique de la Création du Monde par les ancêtres) comme c’est généralement le cas dans la peinture aborigène. Ses œuvres sont plutôt à concevoir comme un hommage à son environnement proche, riche en ressources bénéficiant notamment à la médecine traditionnelle encore en usage aujourd’hui. Cette pratique est en effet au cœur des préoccupations de la peintre qui, parallèlement à son activité artistique, exerce en tant que soigneuse traditionnelle. Elle est par ailleurs particulièrement engagée dans la transmission de ces savoirs aux jeunes générations pour qui la pratique de la médecine traditionnelle constitue l’un des derniers point d’ancrage dans leur Territoire ancestrale.

Voir toutes les oeuvres d'Ada Pula sur le site de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob

Voir les oeuvres de la communauté d'Ampilatwaja

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 09:27

En 2016, le Musée océanographique de Monaco proposait l’exposition « Taba Naba » afin de faire découvrir les arts des peuples d’Océanie, notamment ceux des Aborigènes et des Insulaires du détroit de Torres en Australie.
Parmi les artistes figurait Alick Tipoti, qui est de nouveau allé dans la Principauté de Monaco afin d'inaugurer l’exposition intitulée « Badu Island » retraçant la visite de S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco.

Voir la vidéo

Où trouver les œuvres d'Alick Tipoti (estampes, sculptures) ?

Retrouver la page dédiée à TABA NABA

Alick Tipoti

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2019 4 23 /05 /mai /2019 10:48
peinture aborigène pointilliste
Peinture pointilliste de Grace Butcher Napangardi

Grace Butcher vit dans la communauté de Yuendumu (250 kms au nord-ouest d’Alice Springs) là où, dans les années 1970, la peinture aborigène contemporaine est apparue en même temps qu’à Papunya. Elle présente dans cette oeuvre sa version du Rêve de Pikilyi, un site sacré où se trouvent un trou d’eau ainsi qu’un ruisseau, non loin de Yuendumu. La légende dit qu’un couple de Serpents Arc-en-ciel y vivait. Ces ancêtres mythiques, loin d'être considérés comme des créatures maléfiques, incarnent des esprits d'une grande puissance dans de nombreuses mythes et sont très respectés par les Aborigènes.

Des femmes venaient enlever des poux attachés aux corps des deux serpents qui, en échange, leur donnaient le droit de prendre de l’eau dans le ruisseau. Les Aborigènes célèbrent encore de nos jours des cérémonies dans ce lieu où réside toujours l’esprit des deux serpents.

Comme la plupart des peintres du Désert Central, Grace Butcher a recours au "dot painting", ou pointillisme, qui s'inspire des peintures sur sol traditionnellement réalisées à l'occasion de cérémonies rituelles. On remarquera néanmoins la profonde originalité de cette oeuvre due à la maîtrise technique de l’artiste qui a réussi à simuler le scintillement de l’eau sur sa toile ; à cela s’ajoutent des formes ondulantes rappelant celles de serpents en train de nager.

Retrouvez cette peinture et bien d'autres oeuvres aborigènes au Bourgogne Tribal Show*, du 30 mai au 2 juin 2019.

*Le Bourgogne Tribal Show est la première foire internationale d’art tribal à se tenir à la campagne. Dans un cadre champêtre, et une ambiance détendue propice à la découverte, le Bourgogne Tribal Show propose à son public une expérience résolument différente.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement. Expert en art aborigène. Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.) - Membre du Comité Professionnel des Galeries d'Art - Officier honoraire de l’Ordre d’Australie Retrouvez-nous sur www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens