Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2020 4 09 /07 /juillet /2020 14:35
Emma GELA, "Bala", Ghostnet (filets de pêche) et corde en polypropylène sur maille plastique, 155 x 59 cm, 2015

Emma Gela s’exprime au travers de la sculpture et plus particulièrement de la sculpture d’oeuvres en « ghostnets ».
Les ghostnets sont des filets de pêche qui ont été accidentellement perdus, abandonnés ou tout simplement jetés à la mer. Ils parcourent les océans entrainés par les courants marins et les marées, continuant ainsi à piéger la faune marine. On les appelle ghostnets - « filets fantômes » - car c’est comme s’ils continuaient de pêcher, manipulés par des mains invisibles. Ils piègent de nombreuses créatures marines (tortues, requins, baleines, etc.) et des poissons jusqu’à ce qu’ils soient rejetés sur les côtes. Comme on peut l’imaginer, ces filets fantômes ont des conséquences délétères sur l’environnement marin et donc aussi pour les peuples de la mer, notamment pour ceux qui vivent à la pointe nord de l’Australie et dans le Golfe de Carpentarie.

Né en 2008 en Australie, ce nouveau mouvement artistique a essaimé dans plusieurs communautés artistiques aborigènes et insulaires d’Australie. Il permet de faire connaître au reste du monde les conséquences méconnues de la surpêche mais également de recycler des dizaines de tonnes de rebus qui sans cela seraient brûlés ou bien enterrés.

Des sculptures ghostnets font maintenant partie des collections de certains des plus grands musées australiens et sont exposées dans des musées aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis.

D’ailleurs, l’exposition “TABA NABA : Australie, Océanie, arts des peuples de la mer” qui s’est tenue au musée océanographique de Monaco en 2016, et a attiré 550 000 visiteurs venus de plus de soixante-dix pays, a rendu célèbre le centre d’art d’Erub Arts dont les artistes comme Emma Gela ont créé près de cinquante sculptures pour l’installation “Ocean Life” dont cette oeuvre qui représente un thon.

Où trouver des sculptures ghostnet ?

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 09:27

En 2016, le Musée océanographique de Monaco proposait l’exposition « Taba Naba » afin de faire découvrir les arts des peuples d’Océanie, notamment ceux des Aborigènes et des Insulaires du détroit de Torres en Australie.
Parmi les artistes figurait Alick Tipoti, qui est de nouveau allé dans la Principauté de Monaco afin d'inaugurer l’exposition intitulée « Badu Island » retraçant la visite de S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco.

Voir la vidéo

Où trouver les œuvres d'Alick Tipoti (estampes, sculptures) ?

Retrouver la page dédiée à TABA NABA

Alick Tipoti

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 13:32


Nos amis artistes de la communauté d'Erub Arts (Erub, détroit de Torres, Queensland) exposent leurs sculptures ghostnet à Londres à la JGM Gallery. Après avoir exposé leurs oeuvres à Monaco (exposition Taba Naba) puis en Suisse au musée ethnographique de Genève (MEG), c'est au tour des Londoniens de découvrir leurs sculptures créées afin d'alerter le public des effets délétères des filets de pêche dérivants abandonnés sur la faune marine.

JGM Gallery - 24 Howie Street - Londres - SW11 4AY

13 juin - 27 juillet 2019

Où trouver des sculptures ghostnets ?

Partager cet article
Repost0
29 mai 2019 3 29 /05 /mai /2019 13:13
ghostnet, Australie
Les sculptures ghostnet dans les collections permanentes du MEG. Photos : Johnathan Watts

Le Musée d'ethnographie de Genève (MEG) a fait entrer dans ses collections quatre sculptures ghostnet créées à l'occasion de l'exposition-évènement "Taba Naba" qui a eu lieu en 2016 au musée océanographique de Monaco. Elles avaient déjà été exposées au MEG aux côtés de dizaines d'autres lors de l'excellente exposition "L'effet boomerang. Les arts aborigènes d'Australie" dédiée à la résilience des peuples aborigènes face à la destruction de leur culture.

Vous pouvez depuis voir ces oeuvres dans l'exposition permanente de ce haut lieu de la culture à Genève dont les collections couvrent cinq continents et plus de 1'500 cultures.

La galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob est fière d'avoir facilité l'entrée de ces oeuvres au MEG.

Où trouver des sculptures ghostnet ?

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 15:20
"Sowlal" / S.A.S. le Prince Albert II & Alick Tipoti (c) Photo de gauche : Musée océanographique de Monaco – Photo de droite : Monaco Explorations / A. Fuchs

 

C’est en 2016 que S.A.S. le Prince Albert II a rencontré l’artiste Alick Tipoti lors de l’exposition" TABA NABA" dont un volet - « Australie : la défense des océans au coeur de l'art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres » - proposé par Stéphane Jacob et Suzanne O'Connell, rassemblait les œuvres de plus de 50 artistes au Musée océanographique de Monaco. Cette exposition-événement illustrait le long travail de sensibilisation et de pédagogie mené par la Principauté de Monaco et initié par le Prince Albert Ier au XIXème siècle, afin d’alerter la communauté internationale sur la nécessité de mieux connaître les océans, pour mieux les protéger – dénonçant déjà en 1921 la surexploitation, causée à l’époque par les chalutiers à vapeur.
Alick Tipoti avait habillé à cette occasion une des terrasses du musée avec « Sowlal », une installation monumentale transposée d’une de ses linogravures. L’œuvre de 640 m2 avait fasciné les plus de 550 000 visiteurs venus du monde entier.

C’est lors de la présentation de cette œuvre au Prince Souverain que l’artiste l’avait invité à venir sur l’île de Badu, son île natale. Cette visite a finalement eu lieu du 31 octobre au 4 novembre 2018 dans le cadre des Explorations de Monaco, une campagne triennale sur toutes les mers du globe impulsée par S.A.S. le Prince Albert II. Stimulant un rapport à l’océan plus respectueux et durable, les missions viennent compléter la connaissance des écosystèmes marins, en appui aux chercheurs et intervenants locaux tout en associant des équipes internationales pluridisciplinaires. Pour répondre à l'ambition des Explorations de Monaco de réconcilier l'Humanité et la Mer, il est aussi essentiel de comprendre la relation qui les anime. Ce fut le propos de ces 4 jours en immersion dans la culture des insulaires du détroit de Torres.

S.A.S. le Prince Albert II a été accueilli par les dignitaires du peuple Badulgul qui lui ont montré leur île. L’occasion pour le Prince de découvrir la relation fusionnelle que ce peuple animiste entretient avec l’océan et sa faune marine ainsi que son combat contre la pollution. En effet, ces peuples de marins installés dans le détroit de Torres depuis des millénaires n’ont dû leur survie qu’au respect de leur environnement et de sa biodiversité inscrit jusque dans leurs nombreux mythes. Mais aujourd’hui, à cause du réchauffement climatique qui occasionne la montée des eaux d’une part et de la pollution marine (filets de pêches abandonnés, déchets plastiques, etc.) d’autre part, c’est la survie même de ces peuples qui est en péril.

Cette visite qui restera gravée dans la mémoire collective des habitants de Badu était la première en son genre effectuée par un haut dignitaire occidental. D’après Robert Calcagno, directeur du Musée océanographique de Monaco, elle fut « marquée par la volonté de mieux comprendre les relations diverses et complexes que l’homme entretient avec le monde marin, depuis des siècles ». Elle a donné lieu à de longs échanges entre le prince et Alick Tipoti. Les œuvres de ce dernier sont d’ailleurs conçues afin d’enseigner les mythes de son peuple aux jeunes de son île mais aussi d’ouvrir les yeux du public sur la richesse culturelle et environnementale du détroit de Torres.

 

Voir la vidéo retraçant l’installation de l’œuvre Sowlal sur le toit du Musée océanographique de Monaco

Lire en ligne le catalogue dédié à Alick Tipoti, Ken Thaiday Snr. et Brian Robinson, trois artistes du détroit de Torres ayant participé à Taba Naba

Découvrez le site dédié aux Explorations de Monaco

Lire le post Linkedin de Robert Calcagno, directeur du musée océanographique de Monaco

Découvrez les œuvres d’ Alick Tipoti

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 13:07

Alick Tipoti

Une édition de la superbe sculpture de dugong "Kisay Dhangal" créée par Alick Tipoti vient d'être acquise par The Australian National Maritime Museum (Sydney).

Créée à l'occasion de l'exposition "Taba Naba" qui s'est tenue en 2016 au musée océanographique de Monaco, l'exemplaire n°1 de cette oeuvre éditée à 3 exemplaires est exposée actuellement au Musée d'Ethnographie de Genève (MEG) jusqu'au 7 janvier 2018.

Voir la vidéo de la création de cette oeuvre

Voir cette oeuvre sur le site de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob

Alick Tipoti

(c) Photo : Michel Dagnino
Partager cet article
Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 09:54

Ken Thaiday

Nous sommes fiers de vous annoncer que Ken Thaiday Snr. vient de recevoir le prestigieux "Red Ochre Award" qui récompense un artiste indigène australien pour l'ensemble de sa carrière.

Au cours des deux dernières décennies, le travail de Ken a contribué à faire connaître l'art et la culture des îles du détroit de Torres en Australie ainsi que sur la scène internationale. Sa pratique artistique multidisciplinaire unique intègre l'art visuel et l'installation, la sculpture cinétique, la danse et la chanson qui s'imprègnent des paysages et des mythes des îles du détroit de Torres, en premier lieu son île natale : Erub (Darnly Island).

Ken est surtout connu pour ses extraordinaires «masques de danse» ainsi que pour ses coiffes traditionnelles Dari. Traditionnellement, les Dari étaient portées par les guerriers du détroit de Torres lorsqu'ils partaient en guerre. De ce fait, le Dari est un puissant symbole des Insulaires du détroit de Torres, il apparaît d'ailleurs sur leur drapeau et a acquis aujourd'hui le statut de symbole de paix et d'harmonie.

Son oeuvre a été exposé dans plus de 50 expositions en Australie et de par le monde. La dernière en date s'est tenue en 2016 au musée océanographique de Monaco où trois sculptures monumentales de Dari (réalisées en collaboration avec Jason Christopher) ont pu être admirées par plus de 500 000 visiteurs dans le cadre de "TABA NABA : Australie, Océanie, arts des peuples de la mer".

Quatre sculptures articulées de la collection Arts d’Australie • Stéphane Jacob seront exposées à partir du 24 juin 2017 à Berlin au musée Bei Wu, Weissensee.

Le public français peut voir les oeuvres de Ken Thaiday dans les musées suivants :

  • Musée des Confluences, Lyon
  • MAC (musée d'art contemporain), Lyon
  • Centre Culturel International Jean-Marie Tjibaou, Nouvelle-Calédonie

Visionner une interview de Ken Thaiday Snr. (en anglais) filmée par Creative Cowboy

Où trouver les sculptures de Ken Thaiday ?

Partager cet article
Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 08:18


Sculpture aborigène Bagu

La galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob (expert en art aborigène) est fière d'avoir facilité l'intégration de quatre sculptures monumentales "Bagu" dans les collections de l'Australian National Maritime Museum de Sydney.

Ces sculptures ont été créées à l'occasion de l'exposition TABA NABA qui s'est tenue au musée océanographique de Monaco de 2016 à 2017 et a rassemblé plus de 500 000 visiteurs.

Un catalogue a été édité à cette occasion sur les sculptures Bagu, vous pouvez le consulter en ligne.

Voir des sculptures Bagu.

Maritime Museum, Sydney

Partager cet article
Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 14:33

(c) Pormpuraaw Art & Culture

Artiste phare de l'exposition "Australie : la défense des océans / Sculptures en ghostnet" (du 5 avril au 15 août 2017 à l'Aquarium de Paris), Sid Bruce Short Joe est un artiste aborigène né en 1964 dans la mission d'Aurukun, au nord de Pormpuraaw. Considéré par ses pairs comme un sage, Sid est respecté pour ses connaissances érudites des légendes sacrées des différents peuples de la région aussi bien que pour ses savoirs sans faille sur la faune et la flore locales.

Sid est un grand conteur. Lorsqu’il parle des légendes qui lui ont été transmises par ses Ancêtres, ses yeux brillent et on l’imagine les conter le soir autour d’un feu à un auditoire médusé.

Il doit ses vastes connaissances au fait d’avoir habité dans différents lieux du Cap York. Ainsi, s’il est habituel chez les Aborigènes vivant dans ces régions de parler 4 à 6 langues, lui en parle 9 (!). C’est une des raisons pour lesquelles il assiste le magistrat local en tant qu’interprète et médiateur. Respecté par l’administration australienne, il l’est aussi par les différents clans du Queensland qui l’invitent volontiers à leurs cérémonies. Il est également le président du comité de management de la communauté de Pormpuraaw dont il est l’un des plus éminents artistes.

Ses totems sont le requin taureau, le lézard à langue bleue et la raie-guitare maculée ou “Mundha” en dialecte kugu, une des neuf langues parlées par Sid.

Sid Bruce est réputé pour ses linogravures, ses toiles mais aussi ses sculptures en ghostnet dont une a été exposée au musée océanographique de Monaco à l’occasion de l’exposition « TABA NABA : Australie, Océanie, arts des peuples de la mer” qui a attiré en 2016 510 000 visiteurs venus de plus de soixante-dix pays.

Ses connaissances sur la faune, la flore et les cultures locales ont été la source d'inspiration principale des deux livres publiés par le centre d’art de Pormpuraaw intitulés «Totems Pormpuraaw» et «Pormpuraaw Art and Culture».

L’Australian Museum de Sydney a acquis récemment une de ses sculptures.

Voir les oeuvres de Sid Bruce

Site dédié aux expositions ghostnets.

 

Australie : la défense des océans / Sculptures en ghostnet

Aquarium de Paris, 5 Avenue Albert De Mun - 75016 Paris

Standard : 01 40 69 23 23

+ d'info

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 09:38
Derniers jours de l'exposition TABA NABA, Monaco

TABA NABA

Australie, Océanie, Arts des peuples de la mer

A voir au musée océanographique de Monaco jusqu'au 30 septembre 2016.

+ d'info sur le site du musée.

Site dédié au volet d'exposition dont Stéphane Jacob est commissaire scientifique et chargé de projet.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement. Expert en art aborigène. Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.) - Membre du Comité Professionnel des Galeries d'Art - Officier honoraire de l’Ordre d’Australie Retrouvez-nous sur www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens