Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 10:07
Tea Dietterich : Exhibition Angel of « AUSTRALIA: Defending the Oceans at the Heart of Aboriginal and Torres Strait Island Art », Monaco
Tea Dietterich : Exhibition Angel of « AUSTRALIA: Defending the Oceans at the Heart of Aboriginal and Torres Strait Island Art », Monaco

2M Language Services CEO Tea Dietterich recently visited the Oceanographic Museum of Monaco ahead of "Australia: Defending the Oceans at the Heart of Aboriginal and Torres Strait Island Art", a major survey of contemporary artworks by Aboriginal and Torres Strait islander artists to be hosted in the world renowned Oceanographic Museum of Monaco from 24 March to 30 September 2016, as part of the exhibition “Taba Naba – Australia, Oceania, Arts of the Sea People”.

Warmly welcomed by Museum Curator Patrick Piguet, Tea was shown all sites and venues including the spectacular rooftop terrace which will be covered by a Torres Strait Island painting. Tea has been active behind the scenes to get sponsorship support and to increase awareness and exposure of the exhibition in Australia and France. Tea has been working on both sides of the Ocean with the Project Organisers Stéphane Jacob from Arts d’Australie • Stéphane Jacob, in Paris and Suzanne O’Connell from Suzanne O’connell Gallery in Brisbane.

Tea Dietterich, CEO

CEO Tea C. Dietterich is a NAATI Advanced Translator and Interpreter in her own right and holds degrees in Translation, Interpreting, Linguistics and Cultural Studies for Spanish, English, German and French from the Johannes Gutenberg University Mainz (FASK Germersheim) and University of Granada (EUTI). Tea also studied in Montpellier, France and has travelled extensively throughout the world. Recruited by the German Australian Chamber of Industry and Commerce as their Head Interpreter and Translator as well as the author for the German “Business Traveller's Guide to Sydney & the Olympic Games”, Tea came to Sydney in 1997.

In 1999, Tea founded Multimedia Languages & Marketing, now known as 2M Language Services (2M), in Western Australia. In 2000, she established an Indigenous Language Interpreting Service, the “Kimberley Interpreting Service (KIS)” in WA that provides NAATI accredited interpreters in indigenous languages, and was instrumental in promoting the rights of Aboriginal people to the services of interpreters. In 2002, she moved to Cairns where she opened another branch of her company.

Today Tea operates out of the 2M Head Office in Brisbane and the 2M Europe office in Paris. She is the President of the Australasian Association of Language Companies (AALC Inc), former Chairperson of the Australian Institute for Translators & Interpreters (AUSIT) QLD and sat on the AUSIT National Council for over 5 years. Tea is also part of the NAATI RAC (NAATI Regional Advisory Council) and works closely with major stake holders in the translation & interpreting industry on a day to day basis. Winning the Lord Mayor's Business Person of the Year Award in November 2015, Tea is an active business mentor with a special interest in international trade and the Australian Export Industry including close involvement with the French Australian Chamber of Commerce, German Australian Chamber of Australia China Business Council and the Export Council of Australia.

Tea serves on several boards including ABIE France (Australian Business in Europe), GALA (Globalization and Localization Association), The Rosetta Foundation and AALC.

To stay abreast of the latest language technology developments, Tea also attends regularly international industry conferences including GALA - The Business of Language, Localization World, Tekom/TCWorld, TM-Europe and ELIA ND conferences.

Tea is a regular guest speaker at industry events & export seminars, writes regularly for industry magazines with a column in Dynamic Business and Marketing Magazine and has been featured on Sky News Business Class program.

Patrick Piguet and Tea Dietterich

Patrick Piguet and Tea Dietterich

Repost 0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 09:57

Nous avons appris la triste nouvelle de la mort de N. NAPURRULA le 9 novembre 2013 (* NB : En signe de respect, il est de coutume dans la tradition aborigène de ne pas citer le prénom des personnes défuntes pendant une période définie).

Peintre aborigène majeure, elle avait été l’une des artistes choisies pour décorer les plafonds du musée du quai Branly. On peut voir son œuvre au 1er étage du bâtiment donnant sur la rue de l’Université.

NAPURRULA est également représentée dans les collections du Musée des Confluences à Lyon.

Membre de la communauté artistique de Kintore, N. NAPURRULA était née aux environs de 1938 et appartenait donc à la première génération des peintres aborigènes qui à partir des années 1970 firent connaître l'art du désert. Elle témoignait aussi du fait que cette activité, d'abord réservée à des hommes, avait rapidement été partagée par des femmes sur le modèle de ce qui se pratiquait à Utopia – où les ateliers de batik à l'origine de la peinture dans cette communauté étaient au contraire sous la responsabilité de femmes qui reproduisirent peu à peu sur toile les motifs qu'elles dessinaient à l'origine pour l'impression sur tissu.

Originaire du Désert de Gibson, N. NAPURRULA se fixa à Papunya avec d'autres membres de l'ethnie pintupi chassée de ses territoires ancestraux par la politique gouvernementale de déplacement des populations aborigènes dans des réserves situées dans le désert central. Son époux Yala Yala Gibbs TJUNGURRAYI était d'ailleurs un des pères fondateurs de l'école de Papunya au sein de laquelle il imposa les motifs hérités de la légende des Hommes Tingari – ces Grands Ancêtres qui, au Temps du Rêve, parcouraient le continent australien en compagnie de leurs femmes et de jeunes apprentis qu'ils initiaient. A chacune de leurs haltes, ils fondaient un site devenu sacré et instauraient des cérémonies que les Aborigènes célèbrent encore aujourd'hui en leur mémoire.

Au cours de celles-ci, on danse, chante et dessine traditionnellement sur le sol des peintures évoquant le périple de ces Ancêtres Tingari, par exemple sous la forme de labyrinthes abstraits ponctués de représentations de sites rituels. C'est de ces motifs que s'inspirait Yala Yala Gibbs TJUNGURRAYI. A partir de la fin des années 1980, il commença à enseigner à son épouse le sens de ces motifs et elle l'aida dans la réalisation de ses œuvres avec ses deux autres épouses. C'est à l'issue de cette période d'"initiation" artistique et mystique que N. NAPURRULA se mit à peindre des œuvres personnelles : en 1995, au sein de la communauté de Kintore qui commençait alors de connaître son plein développement.

A la mort de son mari, en 1998, sa production augmenta de manière spectaculaire et son style gagna en force pour atteindre son état actuel où d'audacieuses intrications de lignes se détachent sur de denses aplats monochromes pour dessiner des motifs rappelant les premières œuvres de TJUNGURRAYI. Ceux-ci sont cependant propres à des rites féminins. Ils évoquent en particulier des figures de femmes enceintes symbolisant et célébrant des rites de fécondité.

Comme tous les centres d'art, Papunya Tula Artists (PTA) avec qui N. NAPURRULA peignait est très impliqué dans la lutte contre les maladies dont sont atteints les Aborigènes, notamment les problèmes de reins dont était atteinte N. NAPURRULA. C'est pour cela que PTA participe financièrement à la bonne marche du "Purple Truck", un camion contenant un appareil d'hémodialyse qui sillonne le désert central pour soigner les aborigènes malades des reins, évitant ainsi aux dyalisés d'avoir à quitter leur territoire, ce qui leur permet de pouvoir continuer d'enseigner l'histoire de leur peuple et leur culture aux plus jeunes. C'est d'ailleurs une oeuvre de N. NAPURRULA qui est peinte sur ce camion.

Pour faire une donation ou avoir plus d'informations sur le Purple Truck, visitez le site du Western Desert Dialysis Appeal : www.westerndesertdialysis.com/about

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et du livre "La peinture aborigène". Il est signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

N. NAPURRULA, "Sans titre", Acrylique sur toile, 153 x 122 cm, 2007

N. NAPURRULA, "Sans titre", Acrylique sur toile, 153 x 122 cm, 2007

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, Expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement.Expert en art aborigène.Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.)Membre du Comité Professionnel des Galeries d'ArtSignataire de la Charte d’éthique australienne Indigenous Art Code / www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens