Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 09:22

C'est une bien triste nouvelle que nous avons apprise hier : Dorothy Napangardi est décédée ce weekend dans un accident de voiture près d'Alice Springs.

Dorothy NAPANGARDI était une artiste phare dont les œuvres sont régulièrement exposées en Australie, aux Etats-Unis et en Europe. Considérée comme étant l'une des artistes majeures du mouvement de l'art aborigène contemporain, ses œuvres sont très appréciées dans le monde entier par les collectionneurs et les conservateurs. L'ensemble de son œuvre lui a d'ailleurs valu de multiples récompenses, notamment le premier prix du prestigieux “Telstra National Aboriginal and Torres Strait Islander Art Award" en Australie en 2001. On peut trouver les oeuvres de Dorothy au Musée des Confluences (Lyon - Mécénat de la société Métropole Gestion), à la National Gallery of Australia (Canberra), à la National Gallery of Victoria (Melbourne),au Linden Museum (Stuttgart), à la Kelton Foundation (Santa Monica, Etats-Unis), dans la collection Vroom (Amsterdam), etc. Elle fut, avec Kathleen Petyarre, l’une des premières artistes aborigènes de l’histoire à laquelle le prestigieux Musée d’Art Contemporain de Sydney consacra une grande exposition personnelle.

Dorothy était née et avait passé son enfance dans la région de Mina Mina, dans le Désert de Tanami, à l’Ouest de Yuendumu. Elle y vécut une vie nomade avec sa famille, se nourrissant de baies sauvages et s’abreuvant dans les marécages et trous d’eau très nombreux dans la région après la saison des pluies. Elle fut initiée à cette époque par son grand-père qui lui enseigna les histoires liées à son clan, comme le « Rêve Femmes-bâton à fouir ».

 

Dorothy Napangardi  quitta Yuendumu pour rejoindre Alice Springs en 1987. C’est à cette date qu’elle commença à peindre, utilisant des couleurs vibrantes pour représenter les prunes puis les bananes sauvages qui poussent en abondance sur sa terre natale. Son style était alors semi naturaliste et très coloré ; les œuvres de cette période ont mis en place un style solide qui préfigure les œuvres de sa maturité : elle y exprime déjà son habileté à déployer un motif d’ensemble sur la toile, lui insufflant un mouvement qui permet à l’œil du spectateur d’appréhender l’intégralité du tableau plutôt que de se focaliser sur un point fixe.

Après avoir gagné en 1991 le prix du meilleur tableau du “Telstra National Aboriginal & Torres Strait Islander Art Award” - qui la fit connaître dans toute l’Australie - 1997 marque un tournant dans sa carrière. En effet, elle décide d’entamer la narration du « Rêve Femmes-bâton à fouir » légué à elle par son grand-père. Ce Rêve relate un épisode durant lequel les Femmes Ancêtres Napanangka et Napangardi se rassemblèrent (au Temps du Rêve) dans la région de Mina Mina et ramassèrent des bâtons à fouir sortis de la terre, puis partirent vers l’Est dans une procession mystique, chantant et dansant le long des différentes pistes de Rêves qui s’entrecroisaient.

Ce sont ces pérégrinations que Dorothy évoquait dès 2000 avec le thème de “Salt on Mina Mina” : les multiples points blancs qu’elle peint sur des fonds noirs évoquent les marais salés asséchés environnants, mais sont aussi une mosaïque qui cartographie le mouvement des Femmes-Ancêtres comme vu du ciel, on parle alors de « vue satellitaire ».

 

 

Dorothy-NAPANGARDI_Salt-on-Mina-Mina_141405898.jpg

Dorothy Napangardi, "Salt on Mina Mina", acrylique sur toile, 244 x 168 cm, 2007, collection musée des Confluences, Lyon

 

 

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et du livre "La peinture aborigène". Il est signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 11:02

La grande Eubena Nampitjin, de la communauté de Balgo Hills, nous a quitté au mois de mars dernier, retrouvez l'hommage qui lui a été rendu par l'historienne de l'art, conservatrice et linguiste, Christine Nicholls (article en anglais).

Cliquez ici pour accéder à l'article

 

eubena-nampitjin-musee-quai-branly.jpg

Eubena Nampitjin, "Kinyu", 150 x 100 cm, acrylique sur toile, Balgo Hills, collection musée du quai Branly

 

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et du livre "La peinture aborigène". Il est signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 10:45

Lena-Nyadbi-artiste-aborigene.jpg

 

L'artiste aborigène Lena Nyadbi a conçu une oeuvre monumentale de 700 m2 sur la terrasse de la  médiathèque du musée du quai Branly. Concept original et inédit, cette œuvre monumentale ne sera pas visible depuis le musée, mais par les 7 millions de visiteurs qui gravissent chaque année la tour Eiffel, et également par les utilisateurs de Google Earth.
L’artiste Lena Nyadbi, du peuple Gija, est née vers 1936 à Walmanjikulum dans l’Est du Kimberley, en Australie occidentale. Elle débute sa carrière artistique en 1998 et est a ujourd’hui représentée par le Warmun Art Centre, institution culturelle qui réunit les artistes de la communauté aborigène de Warmun (Turkey Creek). Elle a appris à peindre auprès de cette génération pionnière d’artistes aborigènes à laquel le elle appartient, avec notamment Paddy Jaminji, Queenie McKenzie et Rover Thomas. Elle peint toujours avec des ocres et du charbon naturels provenant du territoire Gija.
Son interprétation audacieuse des motifs traditionnels, qui est devenue la marque distinctive de son travail, a immédiatement été remarquée pour sa maîtrise plastique et sa créativité. Dans l’art de Lena Nyadbi, les motifs clefs qui font référence à son territoire sont une plateforme pour ses expérimentations avec la couleur et l’espace.

 

Cette oeuvre monumentale sera inaugurée le jeudi 6 juin 2013.

 

 

Voir une oeuvre de Lena Nyadbi que nous avons eu dans notre collection.

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et du livre "La peinture aborigène". Il est signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 06:59

couv-catalogue-abie-loy-kemmare-peintre-aborigene.jpg

 

Ce catalogue bilingue français/anglais est le premier ouvrage monographique dédié à l'oeuvre d'Abie Loy Kemarre. Cette artiste virtuose a développé dès le début de sa carrière un style unique, réinterprétant des thèmes traditionnels à la lumière de son talent.

 

Les oeuvres de l'artiste peintre aborigène Abie Loy Kemarre seront exposées à Art Paris Art Fair 2013 sur le stand A2 de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob.

 

Présentation du catalogue "Abie Loy Kemarre : Abstraction Lyrique"

« Abie Loy Kemarre s’est imposée comme l’artiste la plus importante de la troisième génération des femmes peintres d’Utopia - au coeur de l’Australie, un héritage fondé sur le génie d’Emily Kame Kngwarreye et de Kathleen Petyarre, sa grand-mère. Dans l’oeuvre d’Abie Loy, les signes et les symboles associés à la culture ancestrale et aux cérémonies de son peuple ont été intégrés pour donner naissance à un nouveau style. Ses pointillés minutieux et ses tracés délicats donnent à ses toiles un caractère hypnotique confinant au sacré. C’est en se laissant happer par la vibration qui jaillit de ses toiles que l’on prend conscience de la richesse spirituelle se trouvant au coeur de l’oeuvre de cette grande figure de l’art aborigène contemporain. » Jane Raffan.

 

Editions Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris, 2013
(En association avec Gallerie Australis, Adelaïde, Australie)
Ouvrage bilingue : français - anglais
Dimensions 26 x 21 cm
Broché, 52 pages, 36 illustrations
Prix public / Price : 15 €

Disponible à la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob

ISBN : 978-2-9544576-0-4

 

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et du livre "La peinture aborigène". Il est signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 06:58

couverture-Wentja-Morgan-Napaltjarri-copie-1.jpg

 

Ce catalogue monographique bilingue français/anglais permet de mieux appréhender le substrat religieux qui prévaut à la réalisation de chaque toile et dresse un panorama des différents styles et thèmes abordés par Wentja Morgan Napaltjarri.

 

Les oeuvres de l'artiste peintre aborigène Wentja Morgan Napaltjarri seront exposées à Art Paris Art Fair 2013 sur le stand A2 de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob.

 

Présentation du catalogue "Wentja Morgan Napaltjarri : La puissance de la tradition - The Power of Tradition"

« Wentja Morgan Napaltjarri occupe une place exceptionnelle parmi les grands artistes aborigènes contemporains, elle est admirée par un large public et activement collectionnée par les institutions publiques et les collectionneurs privés aussi bien en Australie que dans le reste du monde. Elle a créé une oeuvre qui fait autorité, n’hésitant pas à peindre sur des toiles aux dimensions monumentales. C’est une artiste au talent rare et magnifique, qui apporte une contribution unique à l’art aborigène australien dans le contexte d’une tradition culturelle à laquelle elle est liée par des liens personnels forts. »
Professeur Sasha Grishin.

 

Editions Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris, 2013
Ouvrage bilingue : français - anglais
Format  26 x 21 cm
Broché, 44 pages, 28 illustrations
Prix public  : 15 €
ISBN : 978-2-9544576-1-1

Disponible à la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob

 

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et du livre "La peinture aborigène". Il est signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 16:14

DN117.jpg

Dennis Nona, "Ulalai Dogai", linogravure, 150 x 67 cm, 2007

 

La plupart des insulaires du Détroit de Torres apprenaient à tailler le bois dès leur plus jeune âge. Ces compétences étaient traditionnellement employées pour décorer et façonner les attributs cérémoniels, les coques de canoë, les tambours, les armes, les objets utilitaires et les éléments de parure.
Cela explique en partie pourquoi l’art des insulaires du Détroit de Torres s’appuie en général sur la taille du bois, et pourquoi la gravure et la sculpture y sont plus représentées que la peinture.
Dennis Nona ne fait pas exception à la règle : il a lui aussi acquis, développé et affiné ce talent qu’il emploie désormais sur le linoleum et sur d’autres matériaux pour produire des gravures et des oeuvres en trois dimensions d’une beauté et d’une complexité admirables.
L’artiste ne produit qu’une esquisse rudimentaire sur le lino avant de le découper. Il commence à un bout du bloc puis avance en suivant l’idée qu’il se fait du résultat final, et le résultat est toujours une composition parfaitement harmonieuse et équilibrée.
Il travaille souvent la nuit, selon lui le meilleur moment pour invoquer l’esprit de ses ancêtres qui guident ses mains, lui révèlent formes et images et la manière de les agencer au sein de ces motifs complexes qui sont sa marque distinctive.
La linogravure est un art qui ne pardonne pas. En cas de glissement du burin ou d’erreur de composition, on ne peut pas revenir en arrière. Il est donc d’autant plus étonnant que l’artiste puisse composer et exécuter des oeuvres aussi détaillées, aussi grandes et complexes.
Dennis Nona est un pionnier de la technique de linogravure très détaillée qui est spécifique aux îles du Détroit de Torres. Il évoque, sous une forme visuelle très vivante, les antiques mythes et légendes de son île et, plus largement, du Détroit de Torres, mythologie qui se transmettait jusque-là par les récits oraux et par les danses.
Dennis Nona recourt à un mode de narration plus graphique. Au lieu de s’appuyer sur une seule image comme celle de l’art traditionnel des insulaires du Détroit de Torres, il en associe plusieurs, suivant la pratique des artistes aborigènes du continent australien. Il peut ainsi relater toute une histoire dans une seule oeuvre, avec tous ses personnages et toutes leurs aventures. Pour relier visuellement les récits les plus longs et les plus complexes de cette région, l’artiste travaille sur une échelle monumentale, comme par exemple dans sa linogravure Yawarr (6 mètres par 1m20).
Selon Roger Butler, conservateur des gravures australiennes à la National Gallery of Australia, l’oeuvre de Dennis Nona illustre la tendance qu’ont les artistes à explorer les aspects les plus physiques du processus de gravure au lieu de se contenter des processus numériques instantanés. « Dennis Nona prend un rouleau de linoleum, une gouge très aiguisée et il découpe ces petites lignes d’une finesse incroyable… Cela nous ramène vraiment aux procédés d’un artiste de la Renaissance allemande comme Dürer, une technique simple qui produit des images très complexes ».

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 08:50

Les réalisateurs Andrea and Peter Hylands de la société d'audio-visuel australienne Creative Cowboy à la vente un dvd de 70 mn sur l'artiste aborigène Alick Tipoti (Ile de Badu, Détroit de Torres, Queensland) intitulé "Zugub, the mask, the spirits and the stars".

Pour en savoir plus sur ce film (description, extrait vidéos, etc.), cliquez ici.

 

Pour retrouver toutes les oeuvres d'Alick Tipoti sur le site de la galerie Arts d'Australie • Stéphane jacob, cliquez ici.

 

alick.jpg

Extrait du film sur Alick Tipoti

 

Vous pourrez également retrouver un article sur ce documentaire en cliquant ici  (aller à la page 10)

 

alick2.jpg

 

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.) et du Comité professionnel des galeries d'art. Co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon  et de l'ouvrage "La peinture aborigène" aux nouvelles Editions Scala. Signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art  aborigène d’Australie. 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 13:56

peinture-aborigene-australie-bill-whiskey-Tjapaltjarri.jpg

Bill Whiskey TJAPALTJARRI, "Rockholes near the Olgas", Acrylique sur toile, 270 x 180 cm, 2007

 

Originaire de la région des Olgas, Bill Whiskey Tjapaltjjarri a longtemps mené une existence traditionnelle nomade traversant le désert central de sa région natale vers Haasts Bluff, puis la communauté d’Areyonga.
Cette de cette vie errante que s’inspire sa peinture essentiellement vouée à l’évocation des sites où l’artiste à vécu et qu’il a parcouru.
Dans cette toile, c’est sa région natale qui l’inspire et il y met en scène une série de points d’eau situés dans les Olgas : ils sont symbolisés par les trois cercles concentriques dont la série en diagonale structure l’espace de la toile.

Vous pourrez retrouver cette toile exceptionnelle au Parcours des Mondes 2012, du 12 au 16 septembre 2012. A cette occasion, Arts d'Australie • Stéphane Jacob investira les murs de la galerie Seine 51, au 51 rue de Seine, Paris 6ème. Entrée libre

 

Voir des détails photographiques de l'oeuvre sur notre site Internet.

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie. 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 13:53

peinture-aborigene-australie-andrea-martin-pointillisme.jpg

Andrea Martin NUNGARRAYI, "Ngarlu Jukurrpa (Love Dreaming)", Acrylique sur toile, 183 x 76 cm, Yuendumu, 2007

Dans cette toile Andrea Martin retranscrit une cérémonie religieuse encore pratiquée aujourd'hui qui a pour but de prévenir les membres de son clan des dangers d'une relation amoureuse illicite. La légende raconte qu'au Temps du Rêve, un homme séduisit une femme qui lui était interdite du fait de lois claniques. En guise de punition, les deux amants furent transformés en deux rochers que l’on peut voir aujourd’hui sur le site de Ngarlu.

Les deux formes en « U » que l’on retrouve au centre de la toile représentent un homme et une femme qui participent à la cérémonie vus du ciel.

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.), co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon et signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 09:25

Sur son stand, la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob vous propose d'admirer les dernières créations des plus grands artistes aborigènes australiens contemporains.

 

Vous pourrez entre autres découvrir "Sandhills", une toile de 244 x 168 cm peinte par la grande Dorothy Napangardi, une artiste exceptionnelle présente notamment dans les collections du Musée des Confluences de Lyon (en savoir plus : http://www.artsdaustralie.com/fr/Dorothy-NAPANGARDI-artiste-397.html).

 

dorothy-napangardi-peintre-aborigene.jpg
"Sandhills", Acrylique sur toile, 244 x 168 cm, 2009

 

Voici une photo de détail de cette oeuvre envoûtante :

dorothy-napangardi-peintre-aborigene-sandhills.jpg

 

 

Art Gent / Lineart 2012

du 30 novembre au 4 décembre 2012

Stand L-106

Flanders Expo, Gand – Belgique (GPS : Adolphe Pégoudlaan, 9051 Gent)

aller sur le site du salon

 

 

Stéphane Jacob dirige la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob. Expert en Art Aborigène, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.) et du Comité professionnel des galeries d'art. Co-auteur du catalogue des collections du musée des Confluences de Lyon  et de l'ouvrage "La peinture aborigène" aux nouvelles Editions Scala. Signataire de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art  aborigène d’Australie. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement. Expert en art aborigène. Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.) - Membre du Comité Professionnel des Galeries d'Art - Officier honoraire de l’Ordre d’Australie Retrouvez-nous sur www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens