Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 09:09
Monaco : Taba Naba vue par Euronews !

Euronews a présenté hier à son audience l’exposition Taba Naba au Musée océanographique de Monaco en plus de 5 langues !

En version anglaise > http://bit.ly/Tabanaba_Euronews_eng
En version italienne > http://bit.ly/Tabanaba_euronews_ital
En version allemande > http://bit.ly/Tabanaba_euronews_all
En version espagnole > http://bit.ly/Tabanaba_euronews_esp
En version arabe > http://bit.ly/Tabanaba_euronews_ar
En version hongroise > http://bit.ly/Tabanaba_euronews_hu

Visiter le site de l'exposition "Australie : la défense des océans au coeur de l'art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres"

Repost 0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 09:54
Article de Connaissance des Arts sur l'exposition Taba Naba, Monaco

Lisez "Les Aborigènes, peuple de la mer", une article de Myriam Boutoulle paru dans Connaissance des Arts (n° d'avril 2016).

Retrouvez toutes les informations sur Taba Naba et le volet d'exposition "Australie : la défense des océans au coeur de l'art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres" au musée océanographique de Monaco jusqu'au 30/09/16 en cliquant ici.

Repost 0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 12:41

En savoir plus sur l'œuvre d'Alick Tipoti : http://www.artsdaustralie.com/monaco-alick-tipoti

Visionnez la vidéo de la réalisation de "Kisay Dhangal", l’extraordinaire sculpture en bronze et nacre d'Alick Tipoti exposée jusqu'au 30 septembre 2016 au musée océanographique de Monaco.

Accéder au site dédié à cette oeuvre.

Voir cette oeuvre sur le site d'Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris.

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 08:17
La peinture et la sculpture aborigènes à la galerie3032, Paris 7

Stéphane Jacob et Valérie Guérin organisent conjointement l'exposition

"A la rencontre de l'art aborigène"


32 rue de Bourgogne, Paris 7
www.galerie3032.com

Tel. 06 03 66 21 45


Jusqu'au 30 avril 2016

Repost 0
Published by Art Aborigène Australie
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 15:04

Malu Githalayl, Brian Robinson

Malu Githalayl est une installation monumentale réalisée par l’artiste Brian Robinson originaire du détroit de Torres.
Son installation sur la façade du musée océanographique de Monaco représente trois crabes palétuviers monumentaux qui invitent les visiteurs à découvrir l’exposition. Le crabe palétuvier est appelé Githalayl dans la langue de l’artiste et marque une continuité dans son oeuvre qui explore tradition, les motifs et la mythologie de son peuple.
Voir le site dédié à cette œuvre et à l’exposition: http://www.artsdaustralie.com/monaco-brian-robinson.html
Visionnez le time-lapse de l’installation.

Repost 0
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 14:23
Alan GRIFFITHS, Rusty PETERS, sculptures Mimih

Alan GRIFFITHS, Rusty PETERS, sculptures Mimih

 

Jusqu’au 3 avril 2016, stand A2 : Stéphane Jacob présente une exposition inédite de peintures en pigments naturels réalisées par des artistes aborigènes majeurs d'Australie occidentale. Peu connus en Europe, ces hommes et ces femmes retranscrivent sur la toile des légendes pluri-millénaires transmises par leurs ancêtres et qui sont pour eux une source d'inspiration intarissable. Leurs toiles mêlent motifs géométriques et figuration naïve pour créer un style inclassable. La richesse de l'art aborigène s'exprime ainsi dans sa diversité. Les visiteurs pourront prolonger cette découverte d'un art aux multiples facettes dans le cadre de l'exposition au musée océanographique de Monaco dédiée aux artistes du Queensland dont Stéphane Jacob est le commissaire jusqu'au 30/09/16.

Voir les photos

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 10:07
Tea Dietterich : Exhibition Angel of « AUSTRALIA: Defending the Oceans at the Heart of Aboriginal and Torres Strait Island Art », Monaco
Tea Dietterich : Exhibition Angel of « AUSTRALIA: Defending the Oceans at the Heart of Aboriginal and Torres Strait Island Art », Monaco

2M Language Services CEO Tea Dietterich recently visited the Oceanographic Museum of Monaco ahead of "Australia: Defending the Oceans at the Heart of Aboriginal and Torres Strait Island Art", a major survey of contemporary artworks by Aboriginal and Torres Strait islander artists to be hosted in the world renowned Oceanographic Museum of Monaco from 24 March to 30 September 2016, as part of the exhibition “Taba Naba – Australia, Oceania, Arts of the Sea People”.

Warmly welcomed by Museum Curator Patrick Piguet, Tea was shown all sites and venues including the spectacular rooftop terrace which will be covered by a Torres Strait Island painting. Tea has been active behind the scenes to get sponsorship support and to increase awareness and exposure of the exhibition in Australia and France. Tea has been working on both sides of the Ocean with the Project Organisers Stéphane Jacob from Arts d’Australie • Stéphane Jacob, in Paris and Suzanne O’Connell from Suzanne O’connell Gallery in Brisbane.

Tea Dietterich, CEO

CEO Tea C. Dietterich is a NAATI Advanced Translator and Interpreter in her own right and holds degrees in Translation, Interpreting, Linguistics and Cultural Studies for Spanish, English, German and French from the Johannes Gutenberg University Mainz (FASK Germersheim) and University of Granada (EUTI). Tea also studied in Montpellier, France and has travelled extensively throughout the world. Recruited by the German Australian Chamber of Industry and Commerce as their Head Interpreter and Translator as well as the author for the German “Business Traveller's Guide to Sydney & the Olympic Games”, Tea came to Sydney in 1997.

In 1999, Tea founded Multimedia Languages & Marketing, now known as 2M Language Services (2M), in Western Australia. In 2000, she established an Indigenous Language Interpreting Service, the “Kimberley Interpreting Service (KIS)” in WA that provides NAATI accredited interpreters in indigenous languages, and was instrumental in promoting the rights of Aboriginal people to the services of interpreters. In 2002, she moved to Cairns where she opened another branch of her company.

Today Tea operates out of the 2M Head Office in Brisbane and the 2M Europe office in Paris. She is the President of the Australasian Association of Language Companies (AALC Inc), former Chairperson of the Australian Institute for Translators & Interpreters (AUSIT) QLD and sat on the AUSIT National Council for over 5 years. Tea is also part of the NAATI RAC (NAATI Regional Advisory Council) and works closely with major stake holders in the translation & interpreting industry on a day to day basis. Winning the Lord Mayor's Business Person of the Year Award in November 2015, Tea is an active business mentor with a special interest in international trade and the Australian Export Industry including close involvement with the French Australian Chamber of Commerce, German Australian Chamber of Australia China Business Council and the Export Council of Australia.

Tea serves on several boards including ABIE France (Australian Business in Europe), GALA (Globalization and Localization Association), The Rosetta Foundation and AALC.

To stay abreast of the latest language technology developments, Tea also attends regularly international industry conferences including GALA - The Business of Language, Localization World, Tekom/TCWorld, TM-Europe and ELIA ND conferences.

Tea is a regular guest speaker at industry events & export seminars, writes regularly for industry magazines with a column in Dynamic Business and Marketing Magazine and has been featured on Sky News Business Class program.

Patrick Piguet and Tea Dietterich

Patrick Piguet and Tea Dietterich

Repost 0
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 08:44
Tea Dietterich : Exhibition Angel de l'exposition « Australie : la défense des océans au coeur de l'art des Aborigènes et des Insulaires du détroit de Torres », Monaco
Tea Dietterich : Exhibition Angel de l'exposition « Australie : la défense des océans au coeur de l'art des Aborigènes et des Insulaires du détroit de Torres », Monaco

Tea Dietterich, directrice de l’agence 2M Language Services, s’est récemment rendue au Musée océanographique de Monaco en prévision de l’installation d' « Australie : la défense des océans au coeur de l'Art des Aborigènes et des Insulaires du détroit de Torres », l'un des trois volets de l'exposition "TABA NABA - Australie, Océanie, Arts des peuples de la mer" qui se tiendra du 24 mars au 30 septembre 2016.

Chaleureusement accueillie par le conservateur Patrick Piguet, Tea a pu visiter l’ensemble des salles et des sites consacrés à l’exposition, y compris le spectaculaire toit-terrasse qui sera recouvert d’une peinture d’Alick Tipoti, artiste du détroit de Torres. Ambassadrice de coeur de l’événement, Tea a contribué à obtenir le soutien de différents partenaires de l’exposition, tout en oeuvrant à accroître sa visibilité en Australie et en France.

Tea a travaillé des deux côtés de l’océan avec les organisateurs du projet Stéphane Jacob, galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob, Paris et Suzanne O’Connell de la Suzanne O’connell Gallery, Brisbane.

Tea C. Dietterich, Directrice générale

Tea C. Dietterich, directrice de 2M, est elle-même traductrice et interprète. Elle détient différents diplômes en Traduction, Interprétation, Linguistique et Cultural Studies en espagnol, anglais, allemand et français, obtenus à l'université Johannes Gutenberg de Mayence (FASK Germersheim) et à l'université de Grenade (EUTI). Tea a également étudié en France, à Montpellier, et voyagé dans diverses régions du monde. Recrutée par la Chambre de commerce et d'industrie germano-australienne en tant qu'interprète et traductrice en chef, elle est l'auteure de la version allemande d'un « guide du voyageur d'affaires » dédié à la ville de Sydney et aux Jeux olympiques. Tea s'installe à Sydney en 1997.

En 1999, elle crée en Australie-Occidentale l'agence Multimedia Languages & Marketing, qui porte aujourd'hui le nom de 2M Language Services (2M). En 2000, elle met en place en Australie-Occidentale un service dédié aux langues indigènes, le « Kimberley Interpreting Service (KIS) ». Cette branche d'activité a joué un rôle clé en facilitant l'accès des communautés aborigènes aux services d'interprètes accrédités par NAATI en Australie. En 2002, elle s'installe à Cairns où elle ouvre une autre branche de la société.

Aujourd'hui, Tea supervise les opérations depuis le siège de 2M, à Brisbane, ainsi que sur Paris, depuis l'antenne européenne de l'agence. Elle est présidente de l'Association australienne des fournisseurs de services linguistiques (AALC Inc.), ex-présidente de l'Institut australien des interprètes et des traducteurs (AUSIT) du Queensland, et siège au Conseil national de AUSIT depuis 5 ans. Tea fait également partie du Conseil consultatif régional de NAATI et entretient une collaboration étroite et quotidienne avec les principaux acteurs du secteur de la traduction et de l'interprétation. Élue « Entrepreuneuse multiculturelle » par la Lord Mayor's Multicultural Unit de Brisbane, Tea est une femme d'affaires résolument active qui s'intéresse de près au commerce international et à l'industrie d'exportation australienne, notamment à travers son engagement important au sein du Conseil commercial Australie-Chine et du Conseil australien pour l'exportation.

Tea est membre de plusieurs conseils d'administration, notamment ceux de ABIE France (Australian Business in Europe), de la fondation Rosetta et de AALC.

Pour se tenir informée des dernières avancées technologiques, Tea participe régulièrement à des événements internationaux dédiés aux secteurs des langues et de la communication tels que « The Business of Language » organisé par GALA, Tekom/TCWorld, TM-Europe et les conférences d'ELIA.

Tea intervient régulièrement en tant qu'oratrice invitée dans le cadre d'événements spécialisés et de séminaires sur l'exportation. Elle rédige également des articles publiés dans différents magazines spécialisés, notamment dans les tribunes australiennes de Dynamic Business et Marketing Magazine. Elle s'est exprimée au sujet du commerce international sur la chaîne Sky News Business.

Patrick Piguet & Tea Dietterich

Patrick Piguet & Tea Dietterich

Repost 0
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 10:38
(c) Photo : Yann Stenven
(c) Photo : Yann Stenven

Au lecteur parcourant ces lignes, il peut sembler curieux d'évoquer, et même d'associer les termes d'exposition et collège. Des images plus ou moins anciennes rejaillissent, se télescopent. On parcourt d'une mémoire attendrie une salle de classe arborant quelques beaux panneaux sur feuilles canson aux titres en feutres et photocopies collées ou encore un cdi avec ses grilles d'acier qui, d'un équilibre précaire, affichent une exposition sur la peinture aborigène. Ces deux évocations ne sont pas « à moquer », à réduire, les expositions auront toujours été le fruit d'un travail et d'une approche qui ouvrent les élèves au Monde. Ces façons d"exposition que nous nous remémorons, sont encore, le plus souvent, le quotidien de l'Education Nationale.
Il semblera peu probable au grand public que des œuvres originales puissent être proposées, confiées par un artiste, un collectionneur, un galeriste à un collège. Et pourtant, l'existence de ces quelques lignes attestent que cela existe, quand la volonté de plusieurs instances ont rendu possible le concept d'eroa (espace rencontre avec l’œuvre d'art) dans l'Académie de Lille, au début des années 90.
L'eroa est un espace d'exposition professionnel crée et confié à la programmation et gestion d'une équipe pédagogique dans quelques établissements de l'académie en collèges, lycées généraux et professionnels.
L'eroa est un espace demandé et porté par les enseignants de l'établissement qui le créent et le font vivre à raison de deux expositions par an.
L'objectif de ce lieu au sein de l'établissement est de permettre le partage et la découverte des œuvres par chacun des élèves et, au-delà des grilles du collège, par les parents et les écoles voisines désireuses de venir à la rencontre.
Rencontre étant le maitre mot du lieu, celui par qui tout existe et vers tout tend. Car il n'y a pas d'exposition sans la rencontre entre les enseignants demandeurs et l'artiste, le collectionneur, le galériste prêteur. Il faut de que la confiance, les dialogues naissent de personne à personne pour que les œuvres viennent se poser en hôtes sur « notre cheminée », à nos cimaises.
Rencontre, enfin, quand « l'oncle d'Amérique » présent en nos murs, tient salon pour livrer son récit, conter son histoire... Chaque œuvre prêtée est un peu comme un fils prodigue attendu et revenant, pour lui on se fait hôte.


Dans ce cadre, l'exposition : « Rêves peints... » est un voyage. Une prise sous ailes de Messieurs Stéphane Jacob et Benjamin Curtet qui ne sont pas de ceux qui disent non, ou simplement oui, mais ils écoutent, valident et accompagnent. L'enseignant émetteur auprès des élèves se trouve lui-même pris, guidé par des passeurs de passion, de savoir, d'humanité. L'enseignant n'obtient pas le contentement de ce qu'il désire, il entre en dialogue. Il ne prend pas en charge les œuvres, il les reçoit en dépositaire, il en reçoit le cœur, le message.
D'autant plus, et même davantage que pour d'autres œuvres, la culture aborigène nous « dés Hémisphèrise » de notre logique et quotidien, de notre rapport au Monde. Il faut poser ses valises culturelles et s'asseoir, se dire que là où la couleur chante, le point vibre, « je n'ai rien à reconnaître de commun » mais pourtant tout à voir. Il ne s'agit pas d'un art abstrait, décoratif, mais de toute une pensée du Monde, de la vie et que le possible d'un regard posé à la toile soulève le coin du voile, une mise en marche, en chemin.


Mettre en chemin, mettre en « culture » sont bien les enjeux de l'exposition. Messieurs Stéphane Jacob (galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob) et Benjamin Curtet n'ont pas restreint le choix, n'ont pas simplifié le propos, ils ont fait confiance aux regards nouveaux promis, de classe en classe à la surface de la toile, à l'intelligence de ceux qui regardent. Tous deux prenant le public de l'exposition en chemin de leur vie pour les mener un peu plus loin au travers d’œuvres qui pas à pas tissent une première rencontre, un premier pas à la culture aborigène.


Par la géographie de l'eroa, cet espace au cœur de l'école, le sentiment n'est pas pour nos élèves d'être allés voir pour quelques uns mais pour tous d'avoir reçu chez soi. Les Rêves, les peintres au travers des toiles, habitent dès lors notre terre encore quelques jours, mais seront éternellement venus, rencontrés et non croisés.


D'autant que chaque élève par les cours d'Anglais, d'Arts Plastiques poursuit son rapport à la culture aborigène par ses propres créations, réflexions. Le chemin se poursuivra par delà la rencontre et le seul pari formulé est dans l'espérance que ce petit point de rencontre restera pierre de construction dans l'édifice de l'élève, conscient de l'Altérité et du possible de penser le Monde autrement.

Yann Stenven

professeur d'Arts Plastiques
collège Albert Châtelet, Douai

Repost 0
Published by Art Aborigène Australie
commenter cet article
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 12:48
Livre d'art & d'histoire : L'Australie des explorateurs français / The Australia of the French Explorer de Noelene Bloomfield et Frédéric Mouchet

Coup de cœur des Amis de Nicolas Baudin :

L'Australie des explorateurs français / The Australia of the French Explorer de Noelene Bloomfield et Frédéric Mouchet,
l'Australie actuelle sous les projecteurs de notre siècle des Lumières…

Voyager sur les traces des explorateurs français en Australie et surtout découvrir que ces immenses baies, ces vastes étendues de paysage le long des côtes n'ont pas changé et conservent leur mystère. Imaginer le long des sentiers aboutissant à des plages solitaires et sauvages, la trace des premiers habitants de l'Australie, comme s'ils étaient toujours vivants? Notamment en Tasmanie où se profilent les pas de Truganini (1812-1876) connue comme la dernière représentante des Aborigènes de Tasmanie, ou encore tomber sur ces coquillages utilisés pour les colliers jadis portés par ces êtres disparus, ou ces plages, lieux de rencontre entre deux mondes aujourd'hui fusionnés ou anéantis, c'est tout cela que vous allez découvrir dans l'ouvrage bilingue L'Australie des explorateurs français/The Australia of the French Explorers.


Le duo du photographe français Frédéric Mouchet et de l'universitaire australienne Noelene Bloomfield nous livre un beau voyage dans l'Australie contemporaine où se dessinent toujours l'empreinte des premières découvertes de six explorations françaises, celles de Bougainville, Marion-Dufresne, Saint-Alloüarn, La Pérouse, d'Entrecasteaux et Nicolas Baudin.
Dans la préface du directeur du Muséum d'Histoire naturelle du Havre, Cédric Crémière, c'est l'expédition Baudin qui est mise à l'honneur, car une bonne partie des dessins présentés dans cet ouvrage sont issus des deux artistes de cette expédition Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas Martin Petit : "Les œuvres de Charles-Alexandre Lesueur (1778-1846) ou du portraitiste Nicolas Martin Petit (1777-1804) témoignent de l'ambition de l'expédition [Baudin] comme la tentative de fabrique d'images qui ont vocation à renouveler le regard. La confrontation que propose Frédéric Mouchet, outre l'intimité qu'elle offre avec ces équipages audacieux et des paysages d'une beauté à couper le souffle, est un formidable hommage à cette culture de l'observation et de l'élaboration de la connaissance, dans un de ces moments les plus dynamiques de l'Histoire." (Extrait de la préface de Cédric Crémière)
Terre Napoléon, Ravine des Casoars, Cap du Couëdic, Vivonne Bay, Geographe Bay, autant de noms français qui ont marqué cette Terra Australis et dont certains perdurent aujourd'hui, alors, découvrez ces magnifiques paysages au détour des pages de ce livre, certains lieux sont intacts, d'autres ont vu naître des gratte-ciels (Perth) ou des monuments étranges comme l'Opéra de Sydney, à l'emplacement même où jetaient l'ancre un peu plus de deux cents ans plus tôt, le Géographe de l'expédition Baudin avec un équipage à bout de souffle...
Les photographies, les dessins, les aquarelles, ainsi que les citations des journaux d’expédition qui s'égrènent au fil de ce voyage sur papier mériteraient une belle exposition car de ce livre se dégagent une atmosphère, un parfum, un regard nouveau sur cette Histoire qui marque encore et toujours les étendues du littoral australien. Cet ouvrage, qui se déguste comme un excellent vin de la Margaret River est une véritable exposition à lui seul.


Bonne lecture et bon voyage dans le sillon de nos explorateurs des Lumières !

Pour feuilleter l'ouvrage, consultez le site :
http://www.somogy.fr/livre/l-australie-des-explorateurs-francais?ean=9782757209943


Martine Marin,
Présidente des Amis de Nicolas Baudin*


L'Australie des explorateurs français/The Australia of the French Explorers, Noelene Bloomfield & Frédéric Mouchet, préface de Cédric Crémière, éditions d'art Somogy, ISBN 978-2-75720994-3, Prix : 35 €
Depuis l’an 2000, l’association des Amis de Nicolas Baudin vise à promouvoir l’expédition Baudin (1800-1804) à travers un bulletin trimestriel, des conférences & des manifestations, pour en savoir plus contactez Martine Marin : amis_de_nicolas_baudin@hotmail.com

Repost 0
Published by Art Aborigène Australie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, Expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement.Expert en art aborigène.Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.)Membre du Comité Professionnel des Galeries d'ArtSignataire de la Charte d’éthique australienne Indigenous Art Code / www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens