Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 14:27

 

Photographie de l'exposition Sans Titre (territoire originel) © @palaisdetokyo

 

Dans le cadre de l'année australienne - Australia Now -, le Palais de Tokyo présente jusqu'au 20 février une exposition de broderies contemporaines. 

Jonathan Jones est un artiste australien originaire des communautés Wiradjuri et Kamilaroi situées au sud-est de l'Australie. Il est à l'origine de cette exposition collective intitulée Sans Titre (territoire originel), qui met en avant l'oeuvre d'une vingtaine de brodeuses australiennes.

Photographie d'une broderie  © @polly_es_terre

 

Ces oeuvres imitent les illustrations botaniques ramenées grâce au voyage scientifique de Nicolas Baudin en 1803. Cette mission, initiée par Napoléon Bonaparte, a permis d'enrichir les collections de l'herbier du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris. Ce fonds d'archives constitue l'essence de ces broderies. 

Sur des carrés blancs de laine australienne, les brodeuses ont réalisé en fils noirs l'exacte copie des dessins originaux. Les végétaux, brodés de façon minutieuse, semblent s'animer lentement. Ainsi, les artistes honorent la nature du passé et du présent. 

Découvrez sur notre site d'autres oeuvres en lien avec la flore d'Australie. 

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 14:24

 

         Photographie issue du teaser officiel  © Lena Herzog - Last Whispers: Prelude

La Fondation Opale nous plonge dans deux expositions vertigineuses : 

La première, Breath of Life - la vie n'est qu'un souffle, invite ses spectateurs à découvrir le son originel de la terre australienne. L'exposition, organisée en partenariat avec le South Australian Museum d'Adélaïde, présente plus de soixante-dix didgeridoo (yidaki), des instruments de musique fabriqués à partir d'une branche d'eucalyptus évidée par les termites. Découvrez un bel exemple de cet instrument de musique sur notre site. 

La seconde exposition de la Fondation Opale présente un extrait de l'installation originale de l'artiste Lena Herzog intitulée LAST WHISPERS: PRELUDE. L'artiste crée un oratorio immersif de quarante-cinq minutes en réalité virtuelle, conjuguant un univers visuel et sonore. Lena Herzog mêle des photographies et des vidéos en noir et blanc, avec un fond sonore composé d'anciens enregistrements audio de langues disparues et menacées à travers le monde. Ce dispositif interroge le spectateur sur la disparition de milliers de langues. Selon l'U.N.E.S.C.O, sept mille langues devraient disparaître avant 2050, dont plus de cent en Australie. Dans son oeuvre, Lena Herzog met en lumière l'extinction du light Warlpiri, langue parlée dans le centre ouest de l'Australie. Cette oeuvre fait échos à la série des glyphs de l'artiste australienne G.W. BOT, questionnant les origines du language par les formes de la nature.

 

     Vous pouvez visiter ces deux expositions jusqu'au 17 avril 2022 à la Fondation Opale en Suisse.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 16:39
Le rendez-vous de l'Automne !

Dans le cadre de Moderne Art Fair, nous vous donnons rendez-vous

du 21 au 25 octobre 2021,

aux Pavillons éphémères, Avenue des Champs-Élysées, Paris 8ème.


Ouverture du jeudi au dimanche 11h-20h, lundi jusqu’à 17h.

+ d’infos : https://moderneartfair.com/
 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 16:26
© Freshwater Pictures Production

© Freshwater Pictures Production

🇫🇷

La galerie Arts d'Australie Stéphane Jacob a eu le plaisir d’être invitée à l’avant-première du film documentaire « Alick & Albert » en ouverture des 23èmes Rencontres internationales du Cinéma des Antipodes, à Saint-Tropez, en présence de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco.
Ce documentaire met en avant la relation fraternelle qui s’est tissée entre Alick Tipoti, artiste du détroit de Torres, reconnu internationalement, et Albert II, autour notamment de leur réflexion sur l’écologie et la protection de l’Océan, qui relient ces deux hommes, d’un rocher à un autre.
Ce film s’inscrit dans la continuité du projet monégasque Taba Naba de 2016, où nous avions réalisé avec Alick Tipoti, "Sowlal", l’installation exceptionnelle d’une œuvre, sur la terrasse du Musée Océanographique de Monaco.
La galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob tient à remercier Alick et Matini Tipoti, Suzanne O’Connell Commissaire adjointe de l’exposition, Michael & Di Kershaw, Ambassadeur Stephen Brady, Ambassadeur Brendan Berne, Robert Calcagno et les équipes du musée, ainsi que S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, qui ont permis la concrétisation de ce projet spectaculaire.
Le voyage qui en a découlé a été rendu possible par le travail conjoint du Musee Océanographique et des Explorations de Monaco et trouve aujourd'hui la pérennisation de cette amitié dans ce film touchant et intime pour lequel nous tenons à féliciter l’œil sensible de sa réalisatrice Trish Dann.
-----------------------------------------------------------------

🇬🇧
The gallery Arts d'Australie Stéphane Jacob was proud to be invited to the documentary film "Alick & Albert" preview at the opening of the 23rd Rencontres internationales du Cinéma des Antipodes”, in Saint-Tropez, in the presence of H.S.H. Prince Albert II of Monaco.
This documentary highlights the fraternal relationship that has developed between Alick Tipoti, an internationally renowned artist from the Torres Strait, and Albert II, particularly around their ideas on the environment and more specifically the protection of the Ocean, which link these two men, from one rock to another.
This film is a continuation of Taba Naba, the Monegasque project that took place in 2016, where we created "Sowlal" with Alick Tipoti, an exceptional installation of one of his works on the terrace of the Oceanographic Museum of Monaco.
The gallery Arts d'Australie Stéphane Jacob would like to thank Alick and Matini Tipoti, Suzanne O'Connell Assistant Curator of the exhibition, Michael & Di Kershaw, Ambassador Stephen Brady, Ambassador Brendan Berne, Robert Calcagno and the museum staff, as well as H.S.H. Prince Albert II of Monaco, who enabled this spectacular project to take place.
The resulting journey was made possible by the joint work of the Oceanographic Museum and Monaco Explorations, and today finds the perpetuation of this friendship in this touching and intimate film for which we would like to congratulate its director Trish Dann’s sensitive eye.


Vidéo de l'installation de l'oeuvre "Sowlal" : 

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 08:52

🇫🇷
Toute l’équipe de la galerie Arts d’Australie • Stéphane Jacob est heureuse de vous convier aux expositions de la rentrée !

Retrouvez-nous du 07 au 12 septembre, à la galerie Etienne de Causans, au 25 rue de Seine 75006 Paris dans le cadre du Parcours des Mondes et du 09 au 12 septembre, sur le stand F10 d’Art Paris, au Grand Palais Éphémère - Avenue Pierre Loti, 75007 Paris

🇬🇧
The gallery Arts d' Australie • Stéphane Jacob is pleased to invite you to his new exhibitions from September 7 to 12th at 25 rue de Seine 75006 Paris: Opening on Tuesday September 7 from 11 a.m. to 9 p.m. - from Wednesday 8 to Sunday 12 September from 11 a.m. to 7 p.m. and from September 9 to 12th, on the stand F10 from Art Paris Art Fair, at the Grand Palais Éphémère - Avenue Pierre Loti, 75007 Paris
 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 15:42
Casoar
© Casoar

🇫🇷

Découvrez l'article de Marion Bertin & Garance Nyssen, membres de l'Association Casoar, qui nous parle de l'exposition Gapu Guḻarri Yothu Yindi au musée du quai Branly-Jacques Chirac et de leur travail en Terre d'Arnhem.

🇬🇧

Read the article written by Marion Bertin & Garance Nyssen, members of the Casoar Association, which tells us about the Gapu Guḻarri Yothu Yindi exhibition at the Quai Branly-Jacques Chirac museum and their collaboration in Arnhem Lands.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 15:53
C(ART)NET DE VOYAGE #5 / TRAVEL C'ART #5
C(ART)NET DE VOYAGE #5 / TRAVEL C'ART #5

🇫🇷

Le dernier numéro de votre magazine en ligne dédié à l'art aborigène vient de paraître.

Parcourez l'actualité de l'art aborigène, mise à l'honneur avec Australia Now. Découvrez les dernières expositions et jetez un oeil sur le travail de Julie Robinson Nangala, avant de programmer votre rentrée dans les foires d'art. On compte sur vous pour essayer les recettes australiennes, après avoir survolé les photographies du concours "Saveurs d'Australie" lancé par Wipplay!

Bonne lecture !

🇬🇧

The latest issue of your online magazine dedicated to Aboriginal art has just been published.

Browse the latest news on Aboriginal art, featured with Australia Now. Discover the latest exhibitions and take a look at the work of Julie Robinson Nangala, before planning your visits to September's art fairs. We count on you to try the Australian recipes, after skim through over the photographs of "Australian Flavors" launched by Wipplay! Enjoy !

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 11:15
© Australia Now

© Australia Now

🇫🇷

« Peindre aujourd’hui en terres aborigènes » célèbrera du 10 juillet au 19 septembre 2021 la richesse et le dynamisme de la peinture aborigène contemporaine, en rassemblant des œuvres de communautés artistiques réparties de l’Australie du Sud à la Terre d’Arnhem, en passant par le désert central, les déserts de l’ouest et le Kimberley.

Accueillie par les Archives municipales de la Ville du Havre, cette exposition est proposée dans le cadre de l’Escale australienne, faisant du Havre une destination patrimoniale intéressante pour l’art aborigène contemporain entre juin et novembre 2021.

Pour plus d'informations sur cette exposition, cliquez ici.

En attendant, vous pouvez contempler des créations contemporaines aborigènes ici.

🇬🇧

"Painting now in Aboriginal lands" will celebrate the diversity and vitality of contemporary Aboriginal painting from July 10th to September 19th 2021, bringing together works from artistic communities spread from South Australia to the Arnhem Land, passing through the central desert, the western deserts and the Kimberley region.

Hosted by the Municipal Archives of the City of Le Havre, this exhibition is part of the Australian Stopover, making Le Havre an interesting heritage destination for the discovery of contemporary Aboriginal art between June and November 2021.

For more information on this exhibition, click here.

In the meantime, you can contemplate contemporary aboriginal creations here.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 10:37
© Arts d'Australie • Stéphane Jacob -  "Ngapa Jukurrpa", Sabrina Robertson NANGALA

© Arts d'Australie • Stéphane Jacob - "Ngapa Jukurrpa", Sabrina Robertson NANGALA

🇫🇷

Dans cette oeuvre, Sabrina Robertson Nangala représente le Rêve (Jukurrpa) de l’Eau (Ngapa) lié au site sacré de Pirlinyarnu, situé à 165 km à l’ouest de Yuendumu.

La légende raconte qu’au Temps du Rêve - le temps mythique de la création pour les Aborigènes, deux ancêtres faiseurs de pluie de la famille Jangala appelèrent de leurs chants la pluie et déclenchèrent ainsi un énorme orage. Celui-ci se mêla à un autre orage et se déplaça le long de différents territoires claniques. Il fut saisi par la suite par un ancêtre faucon brun (kirrkarlanji) qui le laissa s’abattre sur Pirlinyarnu où se forma un très grand marais (maluri). Ce marais existe toujours aujourd’hui et lorsqu’il pleut, des centaines de canards (ngapangarla) s’y regroupent.

L’apposition minutieuse de milliers de pointillés de différentes couleurs crée sur la toile de multiples formes qui s’imbriquent pour donner naissance à une œuvre extraordinaire. Chacune de ces formes a un sens. Ainsi, les cercles concentriques représentent-ils des trous d’eau, notamment le marais de Pirlinyarnu. Les lignes ondulantes symbolisent quant à elles la puissance du ruissellement des pluies diluviennes sur le versant des collines couleur ocre. Enfin, les multiples petits traits contenus à l’intérieur de ces lignes symbolisent pour les Warlpiri - le groupe familial de l’artiste - les cumulus et stratocumulus qui se formèrent dans le ciel avant la tempête.    

Comme la plupart des artistes du Désert Central, Sabrina Robertson a recourt au "dot painting", ou pointillisme, qui s'inspire des peintures sur sol traditionnellement réalisées à l'occasion de cérémonies rituelles. L’effet vibratoire qui en résulte donne l’idée même de la vie et rappelle que pour les Aborigènes, le Temps du Rêve n’appartient pas au passé, mais à l'éternel présent dont l’art et les rites religieux assurent la permanence : il est avant tout création continue et énergie.

Retrouvez d'autres oeuvres de Sabrina Robertson Nangala ici

🇬🇧

In this work, Sabrina Robertson Nangala represents the Water (Ngapa) Dreaming (Jukurrpa) linked to the sacred site of Pirlinyarnu, located 165 km west of Yuendumu.

Legend has it that during the Dreamtime - the mythical time of creation for the Aboriginals - two rainmaking ancestors of the Jangala family called for rain with their songs and thus triggered a huge storm. This storm mixed with another storm and traveled along different clan territories. It was then seized by a brown hawk ancestor (kirrkarlanji) who let it fall on Pirlinyarnu where a very large swamp (maluri) formed. This swamp still exists today and when it rains, hundreds of ducks (ngapangarla) gather there.

The meticulous application of thousands of dots of different colors creates multiple shapes on the canvas that merge to create this extraordinary work. Each of these shapes has a meaning. For example, the concentric circles represent water holes, such as the Pirlinyarnu marsh. The curved lines symbolize the power of the torrential rains on the ochre-colored hillsides. Finally, the multiple small lines contained within these lines symbolize the cumulus and stratocumulus clouds that formed in the sky before the storm, for the Warlpiri - the artist's family group.

Like most Central Desert artists, Sabrina Robertson uses dot painting, which is inspired by the traditional ritual ground paintings. The resulting vibratory effect captures the very idea of life and reminds us that for Aboriginals, the Dreamtime does not belong to the past, but to the eternal present, of which art and religious rites provide the continuity: it is above all continuous creation and energy.

Find more of Sabrina Robertson Nangala's works here

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 09:21
© RecipeTinEats
© RecipeTinEats

© RecipeTinEats

🇫🇷

La nourriture a toujours été vecteur d’intérêt dans l’art aborigène et sa culture de manière générale. La gastronomie australienne est fortement influencée d'abord par son histoire, avec des inspirations venant d'Angleterre et plus généralement d'Europe, mais aussi par sa géographie, avec l'Asie et l'Océanie. 

Nous avons choisi de vous proposer une recette traditionnelle australienne faite pour la journée de l'ANZAC, le 25 avril, commémorant la participation des néo-zélandais et australiens aux batailles sanglantes de la Première Guerre Mondiale. La recette a été conçue par les femmes des soldats qui devaient trouver des biscuits qui resteraient frais pendant des mois avant qu'ils ne puissent atteindre les soldats en Europe.

Ces biscuits se conservent donc très bien et se réalisent à partir d'ingrédients simples et traditionnels dans la cuisine anglo-saxonne. 

Ingrédients :

1 tasse de farine

1 tasse de flocons d'avoine

1 tasse de sucre vergeoise

1/2 tasse de noix de coco râpée

125g de beurre

2 cuillères à soupe de golden syrup

1 cuillère à soupe d'eau

1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude

Instructions :

Tamisez la farine dans un bol. Ajoutez le sucre, les flocons d'avoine et la noix de coco.

Faites fondre le beurre dans une casserole, puis ajoutez le sirop et l'eau.

Ajoutez le bicarbonate de soude au mélange liquide, puis ajoutez ce dernier au ingrédients secs et mélangez bien.

Formez des boules sur une plaque graissée et faites cuire au four à 150°C pendant 10-15 minutes, en fonction de si vous les voulez moelleux ou croquants.

Laissez refroidir une vingtaine de minutes et dégustez !

🇬🇧

Food has always been of interest in Aboriginal art and culture in general. Australian gastronomy is strongly influenced by its history, with English and European inspirations, but also by its geography, with its proximity to Asia and Oceania. 

We have chosen to share with you a traditional Australian recipe, historically made for ANZAC day, celebrated on April 25th, commemorating New Zealanders and Australians' participation in the battles of First World War. The recipe was invented by the soldiers' wives who needed to find cookies that would stay fresh for months before they could reach the soldiers in Europe.

As a result, these cookies keep very well and are made from simple ingredients traditional to Anglo-Saxon cooking. 

Ingredients:

1 cup flour

1 cup rolled oats

1 cup brown sugar

1/2 cup of grated coconut

125g of butter

2 tablespoons golden syrup

1 tablespoon of water

1/2 teaspoon baking soda

Instructions:

Sift the flour into a bowl. Add the sugar, oats and coconut.

Melt the butter in a saucepan, then add the syrup and water.

Add the baking soda to the liquid mixture, then add it to the dry ingredients and mix well.

Form balls on a greased baking sheet and bake at 150°C for 10-15 minutes, depending on whether you want them soft or crispy.

Let cool for about 20 minutes and enjoy!

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de la galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob, Paris
  • : Stéphane Jacob, diplômé de l'Ecole du Louvre, spécialiste de l'art australien contemporain, expert C.N.E.S. en art aborigène, a créé en 1996 la galerie Arts d'Australie · Stephane Jacob en France à Paris dans le XVIIe arrondissement. Expert en art aborigène. Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection (C.N.E.S.) - Membre du Comité Professionnel des Galeries d'Art - Officier honoraire de l’Ordre d’Australie Retrouvez-nous sur www.artsdaustralie.com
  • Contact

Recherche

Liens